Qui est Brahim Boughali, nouveau président de l’APN ?

1
Qui est Brahim Boughali, nouveau président de l'APN ?

Brahim Boughali, a été élu ce jeudi 08 juillet 2021, président de l’Assemblée populaire nationale (APN), chambre basse du Parlement, pour la 9ème législature.


Il succède à ce poste à Slimane Chenine, un natif du sud algérien comme lui. Né 3 mars 1963 à Beni Isguen, à Ghardaïa, Brahim Boughali fait ses premières études dans la capitale du M’Zab avant de rejoindre la faculté des sciences politiques d’Alger où il décroche un licence en 1986.


Entre 1989 et 1995, il assure la direction de l’Agence locale de la CNEP (Caisse nationale d’épargne et de prévoyance) avant de diriger le réseau régional de la même banque.


Il rejoint la Banque El Baraka en 1996 en tant que chargé d’études. A partir de 1997, il change de secteur pour prendre la direction de l’agence locale du TCA (Touring club d’Algérie) jusqu’à 2017.


La même année, il est élu à l’Assemblée populaire de wilaya (APW) de Ghardaïa et préside la commission chargée de l’agriculture. En 2020, il est élu président de l’APW, puis président d’APC de Ghardaïa.


Rôle de médiateur

Brahim Boughali  joue un grand rôle en tant que médiateur pour mettre fin aux heurts entre communautés à Ghardaïa en 2014 et en 2015, à cause de conflits fonciers.
Il se présente aux élections législatives du 12 juin 2021 avec une liste indépendante « El Wihda oua El tadawoul » (unité et alternative).
Le 8 juillet 2021, à l’APN, le Front de libération national, le Rassemblement national démocratique, le Front El Moustakbel, le Mouvement El Binaa et les indépendants se sont entendus pour ne pas présenter de candidats et soutenir cette de Brahim Boughali.
Seul le MSP, troisième force politique à l’APN, a présenté son candidat, en la personne d’Ahmed Sadok, élu à Chlef.


Brahim Boughali, premier indépendant à présider l’APN

Brahim Boughali est le premier indépendant à présider l’APN, poste « réservé » pendant longtemps au FLN.
Dans sa première allocution, après son élection, il a appelé les députés à se mettre au travail : « C’est le début d’une étape qui consacre l’Algérie nouvelle que notre peuple veut et à laquelle le président de la République s’est engagée(…) le pouvoir législatif reprend sa place grâce à la confiance des électeurs mise en nous ».
Il s’est engagé à assurer la coordination entre tous les groupes parlementaires et avec le gouvernement pour « faire réussir le programme du président de la République ».
« Nous allons accompagner le président de la République en tant que pouvoir législatif pour réaliser les objectifs tracés dans son programme », a soutenu le nouveau président de l’APN.

Article précédentCovid-19: situation « catastrophique » et système de santé « effondré » en Tunisie
Article suivantPétrole: le Brent en hausse à 74,8 dollars

1 commentaire

  1. Probablement, il a obtenu plus de voix au sein de l’hémicycle que lors de son élection à Ghardaia . Néanmoins , les informations sur sa formation universitaire laisse un doute dans les esprits , puisque certains médias le présentent comme diplôme en sciences politiqueso d’autres le présentent comme medecin, comme ceci : Diplômé en médecine, il avait également occupé, le poste de (DSP) directeur de la santé publique toujours dans la wilaya de Ghardaia.
    Du flou dans la carrière du 3e homme politique de l’Algérie ….nouvelle.

Laisser un commentaire