Plusieurs manifestants remis en liberté à Alger

0
Plusieurs manifestants remis en liberté à Alger
Plusieurs manifestants remis en liberté à Alger

Plusieurs manifestants interpellés vendredi 26 mars 2021 dans la capitale et placés en garde à vue dans différents commissariats, ont été remis en liberté ce dimanche 28 mars 2021 par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’Hamed, avec convocation à comparaitre.

Ce n’est qu’au début de l’après-midi de ce dimanche que les manifestants Nabil Bousekkine, interpellé pour le port du drapeau berbère, Hamza Boulahia, Abdessamie Youcef, Lamouri Boulamidi (dit Boualem El-Gaz),Mohamed Tadjadit et Abdenour Ait Saïd, accusés d' »incitation à attroupement non armé » ont été présentés au Procureur près le même tribunal avant la transmission de leurs dossiers au juge d’instruction.

Nabil Bousekkine a été le premier à être remis en liberté. Son procès aura lieu le 28 avril 2021. L’étudiant Abdenour Ait Saïd a également été remis en liberté. Il a été placé sous contrôle judiciaire, selon le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Youcef Abdessamie, Boulahya Hamza et Lamouri Boulamidi ont également été remis en liberté. Le CNLD indique aussi que Mohamed Tadjadit a été remis en liberté .

Un sit-in de solidarité a eu lieu ce dimanche matin en face du tribunal de Sidi M’Hamed.

Des dizaines de manifestants interpellés lors du 110e vendredi

Des dizaines de manifestants ont été interpellés à travers plusieurs wilayas lors du 110e vendredi du hirak, le 26 mars 2021, selon le Comité national pour la Libération des détenus (CNLD). Certains ont été relâchés mais d’autres ont été placés en garde à vue.

Dans la capitale, au moins 20 personnes ont été interpellées. Le CNLD avait annoncé l’interpellation, à la fin de la marche, de Mohamed Tadjadit ainsi que trois autres étudiants, mà savoirAbdenour Ait Said , Massoum Abdelfateh Mahieddi et et Djaber Righi. D’autres manifestants ont été arrêtés le même moment. Il s’agit deBoualem « El-Gaz », Abou Elhafs El Hilali et Youcef Abdessami, fait savoir le comité.

Un autre manifestant, Nazim Ferhi, fils du défunt militant du Mouvement démocratique et social (MDS), Hamid Ferhi, a également été interpellé. Néanmois, il a été remis en liberté vendredi soir avant que les poursuites à son encontre ne soient abandonnées ce dimanche matin.

Article précédentThéâtre: l’interdiction et l’interruption de deux spectacles font polémique
Article suivantLes exportations de services numériques et des startups dispensées de la domiciliation bancaire

Laisser un commentaire