Pétrole: le panier de l’Opep se maintient à plus de 68 dollars le baril

1
Les cours du brut algérien, le Sahara Blend, ont progressé de près de trois dollars en mars dernier, s'établissant à 65,76 dollars le baril, grâce notamment à la hausse de la demande sur les marchés internationaux
Archives

Le prix du panier de l’Opep, constitué de 13 bruts dont le Sahara Blend algérien, se maintient à plus de 68 dollars le baril, le niveau le plus élevé enregistré depuis plus d’un an et ce dans un contexte d’espoir quant à une reprise de la demande mondiale et les efforts de l’Opep+.

« Le prix du panier de référence de l’OPEP de bruts (ORB) s’est élevé à 68,18 dollars le baril lundi, après avoir terminé la semaine écoulée à 68,14 dollars », selon les données publiées mardi par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. Introduit en 2005, l’ORB est également composé de Girassol (Angola), Djeno (Congo), Zafiro (Guinée equatorial), Rabi Light (Gabon), Iran Heavy (Iran), Basra Light (Iraq), Kuwait Export (Koweït), Es Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Merey (Venezuela).

Le panier de l’Opep en nette progression

Cette progression intervient dans un contexte d’amélioration des prix de brut , dont le Brent qui a atteint en ce mois son niveau le plus haut depuis janvier 2020 en dépassant la barre des 70 dollars. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a terminé la séance de lundi à 68,88 dollars à Londres après avoir passer dans la journée la barre des 70 dollars le baril. Plusieurs analystes expliquent cette progression par l’optimisme quant à une reprise de la demande mondiale avec les chiffres encourageant publiés lundi sur l’économie chinoise, deuxième économie mondiale.

Selon les chiffres du Bureau national chinois des statistiques, « la production industrielle de la Chine a progressé de 35,1% sur les deux premiers mois de l’année comparé à janvier/février 2020, tandis que les ventes de détail, principal indicateur de la consommation, ont augmenté de 33,8% ».

D’autre part, les prix restent soutenus par les efforts de l’Opep et ses alliés dans le cadre de la Déclaration de coopération en limitant pour le quatrième mois consécutif la hausse de leur production à 500.000 barils le jour en plus des ajustements volontaires de l’Arabie Saoudite reconduits pour le mois d’avril prochain.

Dans son dernier rapport mensuel, l’Opep a révisé à la hausse ses prévisions concernant la demande mondiale de pétrole en attendant un rebond de 5,9 millions de barils (mbj) pour atteindre 96,3 mbj cette année.

Article précédentEmbouteillages à Alger, les accès à la capitale obstrués
Article suivantLe président tunisien en Libye mercredi, une première depuis 2012

1 commentaire

Laisser un commentaire