Le Parlement européen rejette l’utilisation par le Maroc de migrants comme « moyen de pression »

0
Le Parlement européen rejette l'utilisation par le Maroc de migrants comme
Le Parlement européen rejette l'utilisation par le Maroc de migrants comme "moyen de pression"

Le Parlement européen a adopté jeudi à une large majorité une résolution dans laquelle il a rejeté l’utilisation par le Royaume du  Maroc de « migrants mineurs non accompagnés », comme moyen de pression sur l’Espagne suite à l’hospitalisation du président sahraoui, Brahim Ghali en avril dernier.

Le décompte final du vote a fait ressortir 397 voix pour et 85 contre.       

Les autorités marocaines ont laissé des milliers de personnes franchir la frontière avec le territoire de Ceuta, contrôlé par l’Espagne, notamment depuis l’hospitalisation, au mois de avril en Espagne du président sahraoui, Brahim Ghali.

Le Parlement européen « rejette l’utilisation par le Maroc des mineurs non accompagnés, comme moyen de pression politique sur un Etat membre de l’Union, déplore en particulier que des enfants, des mineurs non accompagnés et des familles aient franchi massivement la frontière entre le Maroc et la ville espagnole de Ceuta, mettant ainsi leur vie et leur sécurité clairement en péril », souligne le texte de la résolution.

La résolution rejette d’abord « l’utilisation par le Maroc des contrôles aux frontières et de la migration, notamment des mineurs non accompagnés, comme moyen de pression politique sur un État membre de l’Union ». L’UE « déplore en particulier que des enfants, des mineurs non accompagnés et des familles aient franchi massivement la frontière entre le Maroc et la ville espagnole de Ceuta, mettant ainsi leur vie et leur sécurité clairement en péril ».

La même résolution explique que l’UE « regrette l’aggravation de la crise politique et diplomatique, et espère qu’elle ne portera
atteinte ni aux relations stratégiques, multidimensionnelles et privilégiées de voisinage entre le Royaume du Maroc et l’Union européenne et ses États membres, ni à la coopération de longue date fondée sur la confiance dans les domaines de la lutte contre
le terrorisme, la traite des êtres humains et le trafic de drogue, de la migration et des politiques commerciales ».

Le Parlement européen réaffirme la position de l’UE vis-à-vis du Sahara Occidental

L’UE, ainsi, « invite instamment le Maroc, à cet égard, à respecter son engagement de longue date en faveur d’une coopération renforcée en matière de gestion des frontières et de mobilité migratoire dans un esprit de coopération et de dialogue ».

Le même texte poursuit dans son point 3 que « la protection et la sécurité de Ceuta concernent l’ensemble de l’Union européenne car la ville autonome fait partie de ses frontières extérieures ». L’institution réaffirme également « l’inviolabilité des frontières nationales des États membres de l’Union et insiste sur le fait que le respect de leur intégrité territoriale est non négociable en tant que principe fondamental du droit international et principe de solidarité européenne ». « L’atteinte à la souveraineté territoriale des États membres ne saurait être tolérée », poursuit-on.

L’Union européenne a également réaffirmé « la position consolidée de l’Union sur le Sahara occidental, fondée sur le plein respect du droit international, des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et du processus politique conduit par les Nations unies pour parvenir à une solution négociée juste, durable, pacifique et acceptable par les deux parties ».

Article précédentGifle à Macron: une peine de 18 mois de prison contre l’auteur
Article suivantSahel: la France annonce la fin de l’opération Barkhane

Laisser un commentaire