Pétrole: l’Opep examine son accord de limitation de production

0
Pétrole : le Brent à plus de 75 dollars à la veille du sommet de l’Opep+
DR

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) reconduiront-ils leur accord de limitation de production? C’est au coeur du premier jour du sommet ministériel des pays membres de ce 30 novembre pour tenter de s’entendre sur leurs quotas de coupe de production d’or noir, dans un marché toujours déprimé par la pandémie de coronavirus.

Le début de la réunion est prévu à 14H00 ( heure algérienne) et se déroulera par visioconférence, comme les précédents points mensuels des ministres cette année.

Les treize membres du cartel seront rejoints le lendemain par leurs dix alliés de l’Opep+, au premier rang desquels la Russie. L’objectif commun de l’alliance des pays producteurs est de maintenir à flot un marché du brut dévasté par la pandémie de Covid-19 et qui se remet doucement des abîmes dans lesquels avaient plongé les prix à la fin du mois d’avril. Pour ce faire, le groupe s’astreint à des coupes drastiques dans sa production afin de l’adapter à un niveau de demande qui a fondu, un effort pénible pour ses recettes même si ces réductions ont contribué à faire repartir les prix à la hausse.

Possible report de trois à six mois

Selon l’accord en vigueur décidé en avril, le retrait actuel du marché de 7,7 millions de barils par jour doit être ramené à 5,8 millions à compter de janvier 2021, mais la plupart des observateurs tablent sur un report de trois, voire six mois, la deuxième vague de Covid-19 n’ayant pas à l’époque été anticipée. Les ministres influents du cartel ont d’ailleurs envoyé ces dernières semaines des signaux en ce sens. Mais la récente remontée des prix, portée par les annonces de laboratoires pharmaceutiques comme AstraZeneca, Pfizer/BioNTech ou Moderna à propos d’un prochain vaccin contre le Covid-19, ramène une dose d’incertitude qui n’est pas sans rappeler les précédents sommets.

Le premier sommet de l’année 2020, qui avait eu lieu au siège de l’organisation, en Autriche, avait même tourné au fiasco. Au début du mois de mars, la Russie et l’Arabie saoudite étaient reparties de Vienne dos à dos et s’étaient engagées l’espace d’un mois dans une guerre des prix fratricides.

L’impact des campagnes massives de vaccination, véritable planche de salut pour faire repartir l’activité économique, les déplacements et donc la consommation d’or noir, ne devrait cependant pas se faire sentir avant des mois tandis que l’action du cartel vise a minima le premier, au plus le deuxième trimestre 2021.

Les cours des deux références du brut, le Brent de mer du Nord et le WTI américain, sont en baisse ce 30 novembre en début de matinée, un signe de fébrilité des investisseurs avant la réunion, expliquent les analystes. Ils engrangeaient toutefois près de 25% depuis le début du mois.

Article précédentEn France, les violences policières suscitent la polémique
Article suivantAffaire du groupe Condor: cinq ans de prison ferme contre les anciens Premiers ministres

Laisser un commentaire