Pas de Omra tant que l’espace aérien algérien reste fermé

2
Youcef Belmehdi a souligné que son département ministériel
Google Actualites 24H Algerie

Après les menaces de sanctions contre les agences de voyages qui avaient lancé des inscriptions pour la Omra, le ministre des affaires religieuses a été clair lors de sa visite dans la wilayas de Blida. La Omra « n’est pas à l’ordre du jour », tant que l’espace aérien est fermé pour lutter contre la propagation de l’épidémie du nouveau coronavirus.

Youcef Belmehdi a souligné que son département ministériel « n’est pas pressé d’ouvrir le débat sur cette question », en raison de de la propagation de la pandémie du Coronavirus. « Notre intérêt est axé actuellement sur la sauvegarde de la santé des citoyens », a-t-il insisté.

Estimant que l’Algérie est un « modèle à suivre, par de nombreux Etats, en matière des mesures de prévention entreprises par les autorités supérieures du pays, à l’instar de la poursuite de la fermeture de l’espace aérien », le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs a assuré que « la généralisation de l’ouverture de la totalité des mosquées, à l’échelle nationale, est tributaire de la stabilisation de la situation sanitaire et du niveau de discipline des citoyens ».

Dans ce sillage, il explique que «l’examen de la possibilité d’ouverture des mosquées dotées d’une capacité d’accueil de 250 fidèles, au même titre que celles des villages, dans le cas de la poursuite de la discipline enregistrée au niveau des différentes mosquées de la République».

Pour rappel, l’Office national du pèlerinage et de la omra (ONPO) avait strictement interdit la promotion des programmes Omra le 01 février dernier.

L’ONPO a réitéré ce 1er février son appel en direction des agences de tourisme et de voyage titulaires d’une autorisation spéciale pour l’organisation de la Omra 1422 « à ne pas faire la promotion des programmes de la Omra », au vu des circonstances imposées par la propagation du nouveau coronavirus, sous peine de sanctions prévues dans le cahier des charges, a indiqué un communiqué de cette instance.

L’office avait appelé toutes les agences autorisées à organiser la omra à « se conformer scrupuleusement aux clauses du cahier de charges, en s’abstenant de faire la promotion des programmes y afférents au regard de la conjoncture actuelle ».

L’Arabie Saoudite avait repris progressivement la Omra depuis le 4 octobre dernier.

Article précédentVents forts sur plusieurs wilayas du pays (BMS)
Article suivantSaïdal entame les discussions pour la production locale du vaccin Spoutnik V

2 Commentaires

Laisser un commentaire