Les enquêtes sur la corruption seront centralisées

0
Les enquêtes sur la corruption seront centralisées
Les enquêtes sur la corruption seront centralisées

Les enquêtes sur les affaires de corruption et de détournement de fonds publics seront centralisées.


Le président Abdelmadjid Tebboune a annoncé, ce samedi 25 septembre 2021, au Palais des Nations, au Club des Pins, à l’ouest d’Alger, que les enquêtes sécuritaires sur les corruption impliquant des agents de l’Etat ne se feront plus au niveau local.


« Nous avons donné instruction pour que les enquêtes soient menées par les services de sécurité au niveau central à Alger lorsqu’il y a des problèmes localement. Les enquêtes se feront après autorisation des autorités de tutelle pour éviter les abus dans les accusations », a précisé le chef de l’Etat.


Il a indiqué qu’un responsable qui appose sa signature au bas d’un document autorisant un investissement ne peut pas être poursuivi pénalement si lui ou ses proches n’ont pas obtenu de contrepartie après cet acte.


« La mission d’un responsable est de signer et d’autoriser. S’il ne respecte pas la loi dans son intégralité, on peut considérer cela comme une erreur de gestion tant qu’il n’en tire pas profit », a insisté Tebboune.


« Instaurer la culture de la reddition des comptes » pour lutte contre la corruption


Et d’ajouter : « nos efforts constants pour consolider l’arsenal juridique de lutte contre la corruption, garantir la transparence et instaurer la culture de l’évaluation et de la reddition des comptes s’accompagnent de l’engagement de protéger les responsables intègres ».


Il a invité les walis à sortir de l’état de peur qui les empêche de prendre des initiatives : « Une situation qui commence à susciter des doutes. Pourquoi avoir peur ? A partir de cette réunion, vous serez la locomotive de la relance de l’investissement. Il faut assister les investisseurs. Si l’investisseur n’est pas reçu par le wali, qui va le recevoir ? ».


Il a indiqué que le wali représente tous les secteurs ministériels au niveau local. « Si l’investisseur n’est pas reçu par le wali, il tombera aux mains des intermédiaires qui sont nombreux et qui parlent au nom des walis, des ministres et parfois même du président de la République. L’investisseur a besoin de la protection de l’Etat et l’Etat a besoin de lui pour créer de la richesse et des postes d’emploi », a souligné Tebboune.


Il a appelé les walis à consacrer une journée par semaine pour accorder des audiences aux investisseurs et porteurs de projet.


Le chef de l’Etat a rappelé son instruction ordonnant de ne plus tenir compte des lettres de dénonciation anonymes dans les poursuites judiciaires (pour corruption notamment). « Quiconque détient des informations est invité à s’adresser aux médias », a-t-il noté.

Article précédentCoronavirus: 125 nouveaux contaminés et 9 décès en Algérie
Article suivantLe procès de l’ancien ministre de la Justice Tayeb Louh reporté

Laisser un commentaire