Niamey souhaite un appui de l’Algérie pour le retour de la population à Diffa

0
Niamey souhaite un appui de l'Algérie pour le retour de la population à Diffa

En visite à Alger, Mohamed Bazoum, président du Niger, a demandé une aide de l’Algérie pour organiser le retour de la population vers Diffa.
Située dans le sud-est du Niger, à un jet de pierres de la frontière avec le Nigéria et à plus de 1300 km de Niamey, Diffa a énormément souffert des activités terroristes du groupe Boko Haram.
Les villageois de la région de Diffa, une ville de 50 000 habitants, ont fui leurs maisons par dizaines de milliers, vers le Nord du Niger et vers les pays voisins.


« J’ai fait part au président Tebboune du grand programme que nous avons engagé dans la région de Diffa qui consiste à faire retourner toute la population qui s’est déplacée depuis 2015 du fait de l’insécurité », a déclaré Mohamed Bazoum, lors d’un point de presse, mardi 13 juillet, au Palais d’El Mouradia, à Alger.
Et d’ajouter : « c’est une opération qui va concerner plus de 100.000 personnes pour laquelle nous avons besoin de deux types d’assistance. Une assistance humanitaire et une assistance pour la relance de l’économie de cette région ».


Formation à la lutte contre le terrorisme

Selon l’ONU, l’insécurité au Sahel et au Nigéria a provoqué un déplacement intérieur important de la population surtout dans les régions de Diffa, de Tahoua et de Tillabéri.


La question de la sécurité a été abordée par le chef d’Etat nigérien à Alger. Mohamed Bazoum, qui a assisté la semaine écoulée à Paris à une réunion du G5 Sahel (force militaire créée par la France avec les pays du Sahel), a parlé « d’un échange très fructueux » sur la situation sécuritaire.

Niamey, qui devient la base opérationnelle de la force européenne Takuba, souhaite une assistance de l’Algérie en matière de formation aux techniques de lutte contre le terrorisme et les crimes transfrontaliers. 

Article précédentThon rouge: l’Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2021
Article suivantLa société civile à l’épreuve du Hirak

Laisser un commentaire