« Memes are not a crime », une journée de solidarité avec Walid Kechida

0
Une journée de solidarité avec Walid Kechida
Une journée de solidarité avec Walid Kechida
Formation en marketing digital - Mojo CreaLab

Un appel à solidarité avec le détenu Walid Kechida est relayé depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux, invitant toute personne d’Algérie ou d’ailleurs à partager sur les réseaux sociaux, le 21 janvier, un message de soutien, accompagné des hashtag « Memes are not a crime », « Free Walid Kechida ».

« Le jeudi 21 janvier 2021, nous serons des millions d’Algériennes et d’Algériens dans les quatre coins du monde, à être au rendez-vous toute la journée : chacun sur Facebook et sur Twitter, Instagram ou ailleurs, nous serons solidaires de Walid Kechida en postant une vidéo de 30 secondes, ou des photos de Walid, ou en faisant des mêmes, des dessins ou quelques mots de soutiens ou en lui envoyant des lettres » un message relayé par plusieurs pages.

Walid Kechida est le créateur de la page « Hirak Memes ». Il a été mis en prison le 27 avril 2020 pour « atteinte à corps constitué », « outrage et offense au président de la république » et « atteinte à l’entité divine ».


Il a été condamné le 4 janvier 2021 à une peine de trois ans de prison ferme par le tribunal de Setif. Son procès en appel a été programmé pour le 24 janvier 2021 devant la chambre criminelle de la Cour de Sétif.


le collectif de défense de Walid Kechida a indiqué il y a quelque jour, dans une vidéo publiée sur la page du « Collectif de défense des détenus du Hirak populaire pacifique », que le détenu souffrait de troubles psychiatriques.

Ils étaient trois à s’exprimer face à leur caméra pour révéler que quatre expertises psychiatriques ont été réalisées durant l’instruction judiciaire. Trois ont confirmé des antécédents psychiatriques chez Walid Kechida qui était suivi, pendant 7 ans, pour trouble bipolaire.


Les avocats de la défense ont affirmé qu’ils disposaient un dossier médical qui confirme les expertises psychiatriques. Dans la vidéo, ils ont alerté sur son état de santé, affirmant que son maintien en prison constitue une menace pour le détenu.
Ils se disent persuadé que Walid Kechida est emprisonné pour son activisme dans le Hirak.

Article précédentDonald Trump gracie 73 personnes, dont son ancien conseiller Steve Bannon
Article suivantBiden prend 17 actions présidentielles pour effacer le bilan de Trump

Laisser un commentaire