Le ministère de la Défense nationale dément l’envoi de troupes à l’étranger

1
Le ministère de la Défense nationale dément l'envoi de troupes à l'étranger
Le ministère de la Défense nationale dément l'envoi de troupes à l'étranger

L’Algérie n’a pas envoyé des troupes militaires opérationnelles à l’étranger, selon le ministère de la Défense nationale (MDN), qui dénonce ce dimanche 21 février 2021 des « allégations tendancieuses et manœuvres sournoises ».

« Certaines parties et porte-voix de la discorde ont relayé via leurs pages et comptes subversifs sur les réseaux sociaux des allégations dénuées de tout fondement, proférant que les actions et les opérations menées par l’institution militaire, au niveau interne et externe, répondent à des agendas et des instructions émanant de parties étrangères, et que l’ANP s’apprête à envoyer des troupes pour participer à des missions militaires en dehors de nos frontières nationales sous le chapeau de puissances étrangères dans le cadre du G5 Sahel, ce qui est faux et inadmissible », écrit le MDN dans un communiqué publié sur son site.

Le MDN accuse « des ignares à la solde des services du Makhzen marocain et sionistes » d’avoir propagé l’intox.

« Manœuvres sournoises »

« Le Ministère de la Défense Nationale dément catégoriquement toutes ces allégations tendancieuses et manœuvres sournoises, à travers lesquelles leurs auteurs croient pouvoir semer le trouble et déstabiliser le pays, et rassure l’opinion publique que l’ANP, digne héritière de l’Armée de Libération Nationale, n’a jamais été, et ne sera jamais soumise dans ses actions qu’à l’autorité de M. le président de la République, chef Suprême des forces armées, ministre de la Défense Nationale, et conformément à ses missions constitutionnelles explicites et aux lois de la République, dans la défense de la souveraineté, de l’intégrité et de la sécurité nationales », est-il ajouté.

Des informations non vérifiées avaient circulé ces dernières faisant état d’une éventuelle participation de l’armée algérienne à des opérations anti-terroristes, à la demande de la France, menées dans le cadre du G5 Sahel, une alliance regroupant le Mali, le Niger, le Tchad, la Mauritanie et le Burkina Faso.

Le G5 Sahel, crée à l’initiative de Paris en 2014, a tenu une conférence à N’jamena, au Tchad, les 15 et 16 février 2021, pour « faire le point sur la lutte anti djihadiste ». L’Algérie a, dès le début, refusé de faire partie de cette alliance, commandée en dehors du cadre africain.

« Décision du peuple algérien »

Le MDN a rappelé, dans son communiqué,  que la participation de troupes de l’ANP en dehors des frontières du pays relève de « la décision du peuple algérien, conformément aux dispositions de la Constitution de la République ».

Selon l’article 91 de la nouvelle Constitution, adoptée le 1 novembre 2020 par référendum, le président de la République, « chef suprême des Forces Armées de la République et le responsable de la Défense nationale », peut décider de « l’envoi des unités de l’Armée Nationale Populaire à l’étranger après approbation à la majorité des deux tiers (2/3) de chaque chambre du Parlement ».

Article précédentConseil de la nation: Salah Goudjil sera confirmé à son poste
Article suivantAli Ghediri: la demande de remise en liberté rejetée

1 commentaire

  1. […] «L’Algérie n’enverra pas (de soldats au Sahel) et si le président français le demande, nous n’enverrons pas aussi. Je ne vais pas envoyer les enfants du peuple se sacrifier pour d’autres, le Mali, etc. Nous le ferons qu’en cas d’opérations de dissuasion», a déclaré, lundi 1 mars au soir, le président Abdelmadjid, lors d’une rencontre avec la presse, diffusée par les chaines de télévision et de radio publiques. […]

Laisser un commentaire