« La crise sanitaire à l’origine du manque de liquidités » (DG d’Algérie Poste)

0
"La crise sanitaire à l'origine du manque de liquidités" (DG d'Algérie Poste)

Le manque de liquidités dans les bureaux de postes refait surface. Et le Directeur général d’Algérie Poste, Abdelkrim Dahmani, ne pointe pas du doigt un complot mais explique ce problème par « la baisse des opérations financières, en raison de la situation sanitaire que traverse ce pays », dans une déclaration à la Radio nationale.

Des images relayées depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux montrent un retour de longues files et même des cohues à l’entrée des bureaux de poste. Des photos et vidéos montrent également des personnes âgées passer la nuit devant les guichets avant de se bousculer, le matin, à l’ouverture, pour retirer leurs retraites.

Le manque de liquidités durant l’épidémie de coronavirus a fait l’objet de vives réactions de la part des hauts responsables du pays. Le Premier ministre Abdelaziz Djerad a évoqué « un complot interne » à l’origine de ce problème, tout comme les feux de forêts, les perturbations de l’alimentation en eau potable et les coupures d’électricité enregistrées dans plusieurs régions du pays. De son avis, il s’agit d' »actes prémédités » visant à « créer la fitna et l’instabilité » dans le pays.

A propos de la même « pénurie de cash », il avait rajouté que « durant un seul mois, il a été procédé au retrait de 4000 milliards de centimes des bureaux de poste. « Cette anomalie ne signifie pas l’absence de lacunes sur les plans opérationnels et administratifs mais il est étonnant que certains citoyens retirent de l’argent quotidiennement et pendant plusieurs jours (…) Après examen, il s’est avéré qu’il s’agit d’un complot afin de créer des problèmes durant les jours précédant l’Aïd el Adha ».

Le manque de liquidités est toutefois de retour, un mois après la fête de l’Aïd. Le DG de la Poste d’Algérie, Abdelkrim Dahmani, incombe ce phénomène à la situation sanitaire du pays, qui a provoqué une baisse du nombre des opérations.

Il a déclaré à la Radio nationale que « cette entreprise a décidé de réduire le nombre des retraits effectuées par des personnes morales. D’autres mesures, à l’image du plafonnement du montant à retirer, ont été prises pour soulager ce problème et optimiser la distribution des liquidités ».

« Nos services ont aussi décidé de suspendre le retrait pour les personnes morales afin de permettre aux travailleurs et retraités de retirer leurs salaires et pensions », a-t-il rajouté.

M. Dahmani a aussi évoqué une collaboration avec la Banque d’Algérie « pour assurer une meilleure gestion de la liquidité de la Trésorerie, à travers une coopération entre wilayas, notamment celles qui enregistrent des excédents.

Article précédentAlerte culture: l’atelier à la Casbah du miniaturiste Mohamed Racim à l’abandon
Article suivantLe poète Mohamed Tadjadit et Nadjib Milano placés sous mandat de dépôt

Laisser un commentaire