Madrid s’assure de la continuité des approvisionnements en gaz algérien

1
Madrid s'assure de la continuité des approvisionnements en gaz algérien
Madrid s'assure de la continuité des approvisionnements en gaz algérien

En visite à Alger, José Manuel Albares Bueno, ministre des Affaires étrangères espagnol, s’est assuré de la continuité de l’approvisionnement en gaz naturel.


« L’Algérie est un partenaire énergétique de premier ordre pour l’Espagne, et a toujours été un partenaire fiable qui a honoré ses engagements », a-t-il annoncé, lors d’une déclaration à la presse au Palais d’El Mouradia, ce jeudi 30 septembre, après avoir été reçu par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Il était accompagné de la secrétaire d’Etat à la coopération internationale et de la Secrétaire d’Etat à l’Energie.


Le chef de la diplomatie espagnole a déclaré avoir été rassuré sur la continuité de l’approvisionnement de l’Espagne en gaz naturel. L’Algérie est le premier fournisseur du Royaume d’Espagne en gaz naturel.


Après la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc, fin août 2021, l’Algérie envisage de ne pas renouveler le contrat du GME (Gazoduc Maghreb Europe) qui passe par le territoire marocain pour rejoindre la presqu’île ibérique sur une distance sur 1400 km. Ce contrat arrive à expiration fin octobre 2021.


Fourniture du gaz à travers le Medgaz, à la place du GME


Mohamed Arkab, ministère de l’Énergie et des Mines, a annoncé, le 26 août 2021, l’engagement de l’Algérie à assurer les approvisionnements en gaz de l’Espagne (et du Portugal aussi) par le gazoduc Medgaz qui relie directement Beni Saf, située sur la côte ouest de l’Algérie, à Almeria, au sud-est de l’Espagne. D’une capacité de 8 de 10 milliards de mètres cubes par an, le Medgaz existe depuis 2011. Le GME est plus ancien, existe depuis 1996.


En 2018, le contrat d’approvisionnement de gaz à l’Espagne a été renouvelé par Sonatrach pour une durée de 10 ans.
Le chef de la diplomatie espagnole a qualifié la relation avec l’Algérie de stratégique et a souligné que l’Espagne et l’Algérie, « deux pays amis et voisins »,  aspirent à ce que la coopération économique atteigne le niveau souhaité et soit « mutuellement bénéfique ».


« Aller vers la transition énergétique »


« Nous voulons hisser leur partenariat énergétique à des secteurs novateurs permettant d’aller vers la transition énergétique », a-t-il plaidé.
La commission de Haut niveau entre les deux pays se réunira bientôt en Espagne pour « élargir le contenu » de la relation bilatérale. L’Agriculture et la construction navale seront au menu de cette discussion.

Article précédentCoronavirus en Algérie: 161 nouveaux cas et 7 décès ces dernières 24 heures
Article suivantCovid-19: arrivée d’une cargaison du vaccin Spoutnik V

1 commentaire

  1. L’Espagne pourrait constituer un partenaire de choix pour l’Algérie , d’autant plus que ses positions vis du Sahara Occidental sont celles de l’Algérie . On se souvient tous de la crise de Ceuta qui sonna comme un avertissement. Rabat paraît décidé à maintenir le climat de frictions afin de forcer Madrid à prendre ses distances avec la cause sahraouie défendue par l’Algérie et à avancer vers la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur cette portion de Sahara, qu’il occupe déjà de fait en grande partie. Mais l’Espagne est alignée sur la position de l’ONU et, comme le reste de l’Europe, elle mise, sinon sur un référendum d’autodétermination, du moins sur une solution négociée pour achever la décolonisation.
    Sur un autre plan , en 2020, la pandémie de coronavirus a fait basculer l’économie espagnole dans une grave récession. La réaction énergique du gouvernement a permis de protéger les emplois et les entreprises. Pour que la reprise soit durable et inclusive, il faudra améliorer la qualité des emplois en réduisant la segmentation du marché du travail, en améliorant les compétences et en renforçant les aides aux demandeurs d’emploi.
    Le gouvernement de coalition de gauche mené par le socialiste Pedro Sanchez déploie progressivement ce qu’il appelle « un bouclier social » pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire, espérant ainsi éviter que l’extrême pauvreté gagne du terrain.
    Des relations développées avec un tel gouvernement ne peuvent qu’être profitables à notre pays.

Laisser un commentaire