La « Longue liste » des auteurs retenus pour le Prix littéraire Mohamed-Dib dévoilée

0
La
Mohamed Dib
Google Actualites 24H Algerie

La « Longue liste » des auteurs retenus pour participer à la huitième édition du Prix Littéraire Mohamed-Dib a été dévoilée par le Conseil du Prix littéraire, avec un total de 87 auteurs d’expressions, arabe, amazighe et française, a annoncé l’association « La grande Maison » sur sa page Facebook.

Une trentaine de nouvelles publications en langue arabe ont été retenues par ce conseil dont « Au commencement était le verbe » de Amel Bouchereb, « La mort du capitaine » de Hamid Abdelkader, « Mémoire sans couleur » de Nadia Ben Rabie, « Une heure après la patrie » de Asmaa belghachem, « La lampe de la porte de l’ouest » de Djaili El Ayachi, ou encore « Tout ce qui reste » de Hakima Djomana Djeribie.

Le Prix littéraire Mohamed-Dib pour promouvoir la littérature algérienne

Le comité a également retenu huit auteurs en langue Tamazight dont Aoudia Zohra, Massika Touati, Abelkader Abdi, Mina Aggaz-Yahiaoui, Hamid Bessad ou encore Cylia Moula. Concernant les oeuvres en langue française plus de 40 roman et recueil de nouvelles publiées ont été retenues à l’instar de « Zelda » de Meriem Guemache, « Le mauvais génie » de Nadjib Stambouli, « Sur le chemin des sables en feu » de Brahim Sadok, « Faim blanche » de Amin Zaoui, « Derrière les larmes de ma grand-mère » de Ferroudja Ousmer, ou encore « Le seuil du moment » de Leila Hamoutene.

La septième édition du Prix littéraire Mohamed-Dib avait distingué Abdelmounaïm Bensayeh en langue arabe, Mourad Zimu en langue amazighe et Mustapha Benfodil en langue française. Le Prix littéraire du nom du romancier algérien Mohamed Dib (1920-2003) vise à encourager les écrivains algériens d’expressions arabe, amazighe et français.

Depuis sa création en 2001, l’association culturel « La grande maison » oeuvre, avec le consentement de l’auteur de son vivant, à promouvoir l’oeuvre dibienne, à l’organisation d’ateliers d’écriture, de théâtre de cinéma et de dessin, à rendre accessible un fonds documentaire important et à assurer la relève avec la création du Prix littéraire Mohamed Dib.

Article précédentEn prévision du sommet arabe d’Alger : Lamamra en Arabie Saoudite et aux Emirats arabes unis
Article suivantLes Sahraouis insistent sur l’indépendance totale lors de leur rencontre avec de Mistura

Laisser un commentaire