Londres maintient son appui à l’autodétermination du peuple sahraoui

0
Londres maintient son appui à l'autodétermination du peuple sahraoui

Le ministre d’Etat britannique pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord au Foreign and Commonwealth Office, James Cleverly, a affirmé que la position du Royaume-Uni « reste inchangée » sur le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

« Nous continuons de considérer le statut du Sahara occidental comme indéterminé et soutenons les efforts menés par l’ONU pour parvenir à une solution politique durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental », a-t-il indiqué, en réponse à une question écrite d’un membre du parlement britannique qui l’a interrogé « si le Maroc a la souveraineté sur le territoire du Sahara Occidental ».

En réponse à une autre question liée à ses plans pour faire des démarches auprès du gouvernement marocain sur la liberté d’expression des personnes appelant à l’indépendance du Sahara Occidental occupé, James Cleverly a rappelé que le soutien aux droits de l’Homme, y compris la liberté d’expression, « est une priorité » dans le monde.

Il a également fait savoir que « nous soulevons ces questions avec le gouvernement marocain en conséquence, et suivons les cas liés à la liberté d’expression au Sahara occidental ».

Pour le ministre d’Etat britannique pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord au Foreign and Commonwealth Office, le Royaume-Uni « soutient pleinement les efforts de l’ONU pour parvenir à une solution politique durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental ».

Décembre dernier, un groupe de députés britanniques a appelé, dans une motion écrite, la Chambre des Communes à reconnaitre le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, déplorant la reconnaissance par le président sortant des Etats-Unis Donald Trump de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.

Ils ont exhorté leur gouvernement à « jouer un rôle plus actif au sein du Conseil de sécurité de l’ONU en vue d’aboutir à l’organisation du référendum d’autodétermination au Sahara occidental ».

La procédure relative à cette motion s’inscrivait dans le cadre d’un mécanisme permettant d’attirer l’attention de la Chambre, du gouvernement et du public britanniques sur des sujets jugés importants par les élus britanniques.

Article précédentCoronavirus: 217 nouveaux cas et 3 décès en 24h
Article suivantYasmina Khadra : « je suis banni par les intellectuels algériens »

Laisser un commentaire