Libye: le gouvernement de transition obtient la confiance du Parlement

1
Le gouvernement de transition en Libye a obtenu le 10 mars la confiance du Parlement, un vote salué comme

Le gouvernement de transition en Libye a obtenu ce 10 mars la confiance du Parlement, un vote salué comme « historique » pour un cabinet né d’un processus parrainé par l’ONU et qui doit contribuer à sortir le pays du chaos en le menant jusqu’à des élections fin décembre.

Après deux jours d’intenses débats, le Parlement élu a approuvé l’équipe d’Abdelhamid Dbeibah par 121 voix sur les 132 députés présents, selon des images retransmises en direct à la télévision. « Je vous remercie pour votre confiance », a réagi ce milliardaire de 61 ans désigné Premier ministre le 5 février par 75 responsables libyens de tous bords réunis à Genève sous l’égide de l’ONU, en même temps qu’un Conseil présidentiel de trois membres.

Selon la presse locale, le nouveau gouvernement prêtera serment lundi à Benghazi (Est), deuxième ville de Libye et berceau de la révolte contre le régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Les députés étaient réunis depuis lundi dans la ville de Syrte, à mi-chemin entre les régions rivales de l’Est et de l’Ouest.

Ils ont longuement débattu de la composition du gouvernement Dbeibah, de la répartition géographique des postes et de sa feuille de route. L’ONU avait lundi une « session historique » et une « étape cruciale » pour l’unification du pays, alors que le Parlement élu, profondément divisé, s’était très rarement réuni ces dernières années. « Ce sera le gouvernement de tous les Libyens », a promis mercredi le Premier ministre visiblement ému, dans un bref discours après le vote. « La Libye est une et unie », a clamé M. Dbeibah, originaire de Misrata (Ouest).

« Jour historique » pour la Libye

Les Etats-Unis, l’Union européenne et la France ont « félicité » la Libye aussitôt après le vote. « Comme beaucoup de Libyens, nous avons regardé en direct la session historique du Parlement. Félicitations pour la formation d’un gouvernement d’unité intérimaire pour préparer le terrain aux élections de décembre », a réagi l’ambassadeur américain en Libye Richard Norland. L’ambassadeur de l’UE en Libye, Jose Sabadell, a salué une « journée vraiment historique! », assurant que « le nouveau gouvernement d’unité peut compter sur le plein soutien de la communauté internationale, en particulier de l ‘UE ».

L’ambassade de France a elle aussi félicité « le peuple libyen en ce jour historique », et transmis à M. Dbeibah « les voeux de succès du président Macron pour une Libye unie, stable, souveraine et prospère ». Saluant lui aussi « un jour historique », le président du Parlement, Aguila Saleh, a tenu à rappeler que le gouvernement de M. Dbeibah « devait savoir que son mandant et ses responsabilités prendront fin le 24 décembre », date des élections programmées dans le cadre du processus onusien.

Le Premier ministre a présenté un gouvernement « représentatif de tous les Libyens », composé de deux vice-Premiers ministres, 26 ministres et six ministres d’Etat. Deux ministères régaliens, les Affaires étrangères et la Justice, ont été attribués à des femmes, une première en Libye.

Unifier les institutions

M. Dbeibah devra désormais unifier les institutions libyennes et mener la transition jusqu’aux élections du 24 décembre, selon le processus politique lancé sous l’égide de l’ONU. Ce processus a été entaché par la récente diffusion d’extraits d’un document encore confidentiel d’un Comité d’experts de l’ONU faisant état de faits de corruption et d’achat de voix. L’affaire a provoqué un tollé en Libye, mais M. Dbeibah a défendu « l’intégrité du processus ».

Depuis la chute de Kadhafi en 2011, la Libye est minée par le chaos, les divisions et les luttes d’influence sur fond d’ingérences étrangères. La fin des combats l’été dernier et le lancement du processus onusien ont ravivé l’espoir d’une relance de l’économie de ce pays pétrolier d’Afrique du Nord, jadis parmi les plus prospères de la région.

Le Premier ministre devra aussi répondre aux attentes pressantes des Libyens dont le quotidien est marqué par d’importantes pénuries de liquidités, d’essence, d’électricité et par une inflation galopante. Les infrastructures sont à plat, les services défaillants.

Les défis restent colossaux après une décennie de violences depuis l’intervention de l’Otan déclenchée en mars 2011 pour évincer feu Kadhafi, traqué jusque dans son fief de Syrte. Le secteur névralgique de l’énergie, qui du temps de Kadhafi permettait de financer un état providence, a pâti de la guerre – pétrole dilapidé, infrastructures endommagées, non entretenues, blocus.

Article précédentLe Ksar de Tafilelt lauréat du prix « Energy globe national Award 2020 »
Article suivantSmaïl Chergui sacré Commandeur de l’Ordre du Mono de la République togolaise

1 commentaire

Laisser un commentaire