Les espaces forestiers constituent près de 60% de la superficie incendiée, selon la direction générale des forêts

1
Les espaces forestiers constituent près de 60% de la superficie incendiée, selon la direction générale des forêts
Les espaces forestiers constituent près de 60% de la superficie incendiée, selon la direction générale des forêts

La Direction générale des forêts (DGF) fait le bilan des incendies de cette campagne. « Ce qui s’est passé est inédit et j’espère qu’il n’y aura pas d’autres épisodes similaires », constate Ilhem Kabouya, Directrice de la protection de la faune et de la flore à la DGF, ce jeudi matin, dans l’Invité de la rédaction de la Chaine 3 de la Radio Algérienne. « Après le recensement des dégâts, la DGF devra lancer un plan d’urgence pour stabiliser les sols avant l’arrivée des pluies», explique la spécialiste.

« Nous sommes aujourd’hui à près de 62 mille hectares de superficies incendiées, avec plus de mille foyers déclenchés sur 35 wilayas », révèle Ilhem Kabouya avant de préciser, « rien que pour la wilaya de Tizi Ouzou, nous sommes à peu près à 30 mille hectares brûlés avec 42 communes touchées.» La directrice de la protection de la faune et de la flore à la DGF annonce que « les espaces forestiers constituent près de 60% de la superficie incendiée » et que « c’est une perte indéniable très difficile à se régénérer. »

Après le recensement des dégâts, la DGF devra lancer un plan d’urgence. « Nous devons absolument essayer de programmer des actions d’assainissement avant les pluies pour éviter tous les problèmes d’érosion, de lessivage de la matière organique et stabiliser le sol. Le reboisement viendra par la suite », précise Ilhem Kabouya.

« Il faudra attendre au moins vingt ans pour la régénération de ces forêts »

Tout en remerciant l’ensemble des entreprises et associations qui souhaitent aider et participer au reboisement, la directrice de la protection de la faune et de la flore les rassure. « Nous sommes en train d’identifier les sites concernés et les espèces choisies.» Elle les invite à contacter les conservations des forêts à partir du mois de septembre. L’experte prévient, « il faudra attendre au moins vingt ans pour la régénération de ces forêts »

L’experte explique que dans le cas d’incendies de forêts, le reboisement ne peut intervenir juste après l’extinction des feux. « Nous devons attendre et voir comment va se régénérer cette forêt, d’où l’importance du plan d’assainissement qui va tout mettre en œuvre pour permettre à la forêt de se régénérer naturellement. S’il y a plantation, il faut la programmer en 2022 ou 2023, dans les sites où il n’y aura pas eu régénération. »

Article précédentEnseignement supérieur: les cours débuteront le mois d’octobre
Article suivantPétrole : le Brent à 66 dollars

1 commentaire

  1. Que dire de cette intervention si ce n’est un ensemble de non sens qui révèle que cette directrice ne dispose pas de tous les éléments liés aux pertes par ces incendies criminelles .Selon le secrétaire général de la wilaya de Tizi Ouzou, Miloud Fellahi qui préside également la cellule de crise installée à l’occasion a indiqué que 794 bâtisses et 831 exploitations agricoles ont été touchées et ont subi des dégâts lors des incendies de la semaine dernière. Selon lui, « parmi les 794 bâtisses ayant fait objet d’expertises, on trouve 752 habitations personnelles et collectives et 45 établissements scolaires ».Pour ce qui est des pertes enregistrées au niveau du secteur agricole, Miloud Fellahi a révélé qu’un total de 832 exploitations agricoles touchées par les incendies ont été recensées par ses services . Il convient de noter que le bilan des pertes humaines n’a pas encore été officiellement arrêté. Selon des sources locales, l’on parle déjà de plus de 160 décès parmi les civils et les militaires. La plupart des victimes ont péri soit suite aux brulures ou par intoxications aux fumées lors des opérations d’extinction des feux.
    Par conséquent , on ne peut parler de 60 % d’espaces forestiers.

Laisser un commentaire