Législatives : le 7 du FLN, le 14 d’El Adala et les aveux de Osmani

0
Législatives : le 7 du FLN, le 14 d'El Adala et les aveux de Osmani

La campagne électorale pour les législatives du 12 juin entame la deuxième semaine. Les candidats appellent à participer massivement au scrutin alors que d’autres suscitent la polémique par leurs déclarations ou par leurs promesses.

Législatives et incongruités


Aissa Belhadi, président du Front de la bonne gouvernance (FBG), a provoqué la colère sur les réseaux en comparant ses candidates à un fruit. « Ils parlent de belles femmes. Mais, lisez (sur les affiches), vous trouverez des médecins, des ingénieurs, des directrices, des femmes mariées…On vous a ramené de la fraise sélectionnée. On ne vous a pas ramené la fraise exportée vers l’Afrique du sud », a-t-il déclaré mardi 25 mai lors d’un meeting.
Des internautes ont trouvé que ces propos étaient insultants à l’égard des femmes et d’un pays étranger et se sont interrogés sur l’intérêt d’avoir signé « une charte d’éthique » élaborée par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE).


Le FLN et le « musée »


Le secrétaire général du FLN,  Abou El Fadhl Baadji, dont la candidature a été refusée par l’ANIE, multiplie les déclarations qui provoquent l’étonnement, amenant même l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM) à lui répondre et à demander « la récupération » du sigle du FLN.
« Nous réitérons notre demande, ce sigle doit rester propre, rangé pour l’histoire, parce qu’il fait partie de l’Histoire et de la mémoire de l’Algérie », a déclaré Mohand Ouamar Benelhadj, secrétaire général de l’ONM.
« Ceux qui veulent faire entrer le FLN au musée se font des illusions » , a répliqué le SG de l’ancien parti unique. C’est la première fois FLN et ONM se livre publiquement à « une guerre des mots ». Selon Abou El Fadhl Baadji, le FLN a des millions de « militants et de sympathisants » au niveau national.


« Signal divin »

A Djelfa, Abou El Fadhl Baadji a fait l’éloge du chiffre 7, attribué à son parti lors du tirage au sort de l’ANIE . « Allah  nous a envoyé un signal divin avec le chiffre 7. Ce chiffre est béni dans notre religion. Le Coran a évoqué les sept cieux. Au pèlerinage, on fait le tour de la Q’aba sept fois », a-t-il dit. « Même l’Enfer a sept portes ! », a répliqué Abou Mounib sur Facebook.
D’après ses prévisions, le FLN, qui domine le Parlement depuis les années 1970, va gagner lors des élections législatives. « Et va entrer au gouvernement pour appliquer son programme », a-t-il promis.


Bengrina s’en prend au FLN

Abdelkader Bengrina, président du parti El Bina, n’a pas apprécié les propos du SG du FLN prétendant que le vieux parti avait « instruit » les Algériens (parlant de la période du parti unique). « Mais de quoi se mêle ce parti ! Ce parti a, au contraire, poussé vers l’ignorance, contribué au trafic électoral et pollué la vie politique. Si tu n’as pas honte, fais ce que veux », a-t-il dit.
Pour Abou El Fadhl Baadji, la justice sociale, la médecine et l’enseignement gratuits sont « les acquis » réalisés par le FLN. « Tous ceux, parmi les instruits, qui font la gloire de l’Algérie, à l’intérieur et à l’extérieur, ont été formés par l’école à l’époque de la gouvernance du FLN. Levez vos têtes que personne ne vous complexe. Nous n’acceptons pas les derniers rangs « , a-t-il proclamé, rappelant un discours récurrent après la fin du régime du parti unique, à la fin des années 1980.


« Les feux de la Issaba »

Lakhdar Benkhellaf, responsable du Front El Adala, a, lui aussi, eu recours à la symbolique des chiffres en évoquant le 14 qui identifie les listes du parti d’Abdallah Djaballah. « Le 14 nous rappelle le numéro vert de la Protection civile. Le Front El Adala fera ce travail dans le futur en éteignant les feux de la Issaba (la bande), de ses queues et de ses bras. Nous voulons faire tout cela pour construire l’Etat dont nous rêvons », a-t-il annoncé à Alger.
A Relizane, Lakhdar Benkhellaf a déclaré que le Front El Adala  aspire à une APN exerçant son rôle législatif « en toute indépendance ». « Il faut préserver l’unité nationale et les constantes de la nation, barrer la route aux ennemis de l’Algérie, aux défenseurs des périodes de transition et aux comploteurs », a-t-il plaidé.


« Notre pays est ciblé de l’étranger »

 »Les Législatives constituent une opportunité pour  consacrer la notion d’Etat de droit avec la mise en place d’un levier constitutionnel important que représente l’APN », a déclaré, pour sa part, Abdelaziz Belaïd, président du Front El-Moustakbel, à Laghouat. « Sans stabilité politique, le développement économique est impossible. Toutes les forces nationales doivent constituer un mur solide pour protéger l’Algérie. Notre pays est ciblé de l’étranger. Nous devons diffuser de l’espoir et travailler pour rétablir la confiance. Il faut rompre avec le discours de l’insulte », a-t-il conseillé lors d’un autre meeting à Annaba.


« Transformer la menace en une chance »

A Jijel, Abderrazak Makri, président du MSP, a déclaré que son parti est le premier à avoir récolté le plus de signatures pour ses candidats. « C’est une opération facile à mesurer. Il n’y a ni philosophie ni rien du tout. Il s’agit de ta capacité de contacter les gens et de collecter les signatures », a-t-il dit. Le MSP, selon lui, est le seul parti capable à « remplir » les salles durant l’actuelle campagne électorale.
« Nous trouvons même des difficultés à appliquer les mesures de distance physique(…) L’Etat doit s’appuyer sur notre parti. Le parti qui peut contribuer à sauver l’Etat et qui donne un sens à la politique. Nous croyons à notre pays et à la capacité de  transformer la menace en une chance », a-t-il soutenu. Il s’est interrogé sur « l’isolement voulu » de Jijel par le passé.


« Blocages » devant le changement

Lamine Osmani, président du parti Sawt Echaab, est revenu sur son expérience comme député en 2012. « Je voulais changer les choses et bousculer le gouvernement, je me suis retrouvé seul. Il y a ceux qui ont revendu la Révolution (FLN) et ceux qui font bouger le chapelet et font des affaires (islamistes). Je voulais en sortir en limitant les dégâts », a-t-il avoué.
Il est revenu sur sa rencontre avec le président Abdelmadjid Tebboune : « Je lui ai parlé du prix des sardines, qui était de 1200 dinars le kilo, et de la file d’attente devant les bureaux de poste. Vous parlez de numérisation (des services postaux) alors que cette file ne fait que s’allonger. Le président m’a dit qu’il veut le changement et qu’il veut notre aide en reconnaissant l’existence de blocages. Nous avons déjà dit qu’au sein du pouvoir, il y a les classes A, B et C. Il y a des ministres bons, d’autres moyens et d’autres sans aucun niveau ».


Le salaire des députés«

Le président m’a dit également que le prochain gouvernement ne sera pas désigné par le président de la République », a ajouté Lamine Osmani. D’après la nouvelle Constitution, le gouvernement sera l’émanation de la chambre basse du Parlement (APN). Lamine Osmani a été critiqué pour avoir tenté de minimiser le salaire mensuel des députés. « Ils parlent de 300.000 dinars alors que le salaire des députés est de 270.000 », a-t-il dit lors d’un meeting.

Article précédentCoronavirus: 280 nouveaux contaminés et 8 décès en 24 en Algérie
Article suivantPétrole : les prix repartent à la hausse après la baisse des stocks américains

Laisser un commentaire