Le Chili ferme son ambassade à Alger la fin de l'année
Le chili fermera son ambassade à Alger fin 2020 / DR

Le Chili a décidé de fermer son ambassade à Alger à la fin 2020. La mesure a été prise à la lumière d’un rapport sur les représentations diplomatiques du pays et les échanges qu’il entretient avec chacun de ses partenaires.

Le chef de la diplomatie chilienne, Teodoro Ribera a décidé ainsi la fermeture des ambassades de son pays en Algérie, au Danemark, en Grèce, en Roumanie et en Syrie. Il annoncé aussi la réduction de sa représentation dans un sixième pays dont il n’a pas cité le nom.

L’étude qui a motivé cette décision, a expliqué le chef de la diplomatie chielienne, a porté sur plusieurs paramètres dont les relations politiques avec chaque pays, les relations culturelles et économiques ainsi que le nombre de Chiliens qui y vivent.

« Suite à cette étude, nous avons réalisé que nous avons une surreprésentation des missions diplomatiques en Europe mais aussi dans d’autres parties du monde et que, d’autre part, nous devons être présents dans des endroits qui sont aujourd’hui très pertinents pour le Chili, comme certaines parties de l’Asie – Pacifique « , a déclaré la chancellerie.

Une décision qui ne fait pas l’unanimité au pays de Salvador Allende. Mme Marcia Covarrubias, ancienne ambassadrice du Chili en France, à l’UNESCO, en Algérie, au Maroc, Grèce et en Tunisie réprouve cette décision et appelle le ministre des Affaires étrangères à reconsidérer sa décision.

Dans une tribune publiée par le journal chilien El Mostrador, l’ambassadrice et membre de l’Instance permanente sur la politique étrangère affirme son rejet et souligne « l’affront diplomatique » que peut susciter une telle décision. « Cela n’a aucun lien avec la modernisation souhaitable de notre Chancellerie. Il n’est pas nécessaire de commettre un tel impair envers cinq pays amis qui nous ont soutenus à la fois bilatéralement et multilatéralement et avec lesquels nous sommes liés par plus d’un demi-siècle d’investissement diplomatique. Il est encore temps de rectifier cette décision », soutient la diplomate qui promet de revenir de manière plus détaillée sur le cas algérien et de démonter avec force d’arguments le caractère erroné de la mesure.

De son côté le diplomate et professeur chilien, Jorge Heine, dans une tribune publiée dans le journal chilien La Tercera et partagée son compte Twitter, souligne que son pays qui « dépend tellement du commerce extérieur et des investissements étrangers, doit se développer et non réduire le nombre de ses missions à l’étranger ». 

Sur les relations entre l’Algérie et le Chili, le diplômé de Stanford et professeur des relations internationales à l’université de Boston souligne « les relations de longues dates » qui lient son pays à l’Algérie mais pas seulement. L’Algérie, relève-il « est la 4 ème plus puissante d’Afrique avec laquelle nous entretenons de vieilles relations. Nous y avons ouvert une ambassade en 1963 et notre premier ambassadeur Eugenio Velasco avait établit une relation d’amitié avec le président Ben Bella qui ont influé les relations entre les deux pays. » L’Algérie, relève encore, M. Hiene a été un des acteurs les plus influents dans le mouvement des non alignés et dans les pays du Sud en général argue-t-il pour inciter le ministère à reconsidérer sa décision.

Côté algérien seul un diplomate en poste en Afrique du Sud s’est exprimé sur le sujet en relevant que l’Algérie n’était peut être pas le pays avec lequel le pays de Pablo Neruda pouvait faire l’économie des relations. En réponse à un diplomate chilien qui assurait que « la diplomatie chilienne perdait une fois de plus le chemin« , le diplomate algérien répond que « Si l’Algérie, le plus grand pays d’Afrique, la 4ème économie du continent et un marché de 42 millions d’habitants n’est pas important pour le Chili … Il n’y a rien de plus à dire. Nous ne pouvons offrir plus, désolé ».

Article précédentCoronavirus: 305 nouveaux cas, inquiétante propagation de la pandémie
Article suivantLa Grande Poste d’Alger: une histoire et des histoires

Laisser un commentaire