La remontada démocratique

1
La remontada démocratique
La remontada démocratique

La remontada est un terme devenu familier pour les amateurs de football depuis la brillante victoire, en match retour, du club de Barcelone face au club de Paris. Le terme remontada est donc évocateur. Et la comparaison ne vaut que pour l’appropriation de ce terme. La remontada démocratique est le défi que les forces démocratiques acquise aux libertés individuelles devraient relever. Les élections municipales programmées pour la fin de l’année sont une opportunité.

Le premier argument en faveur d’une participation populaire aux élections locales tient à la proximité des APC avec les citoyens. Les budgets des APC les concernent directement. Même les comités de village, autonomes vis-à-vis de l’Administration, complètent leurs ressources par des financements de projets pris en charge par les APC. C’est donc là une raison économique importante.

Le deuxième argument découle du premier. Dès lors que des ressources destinées aux citoyens de la commune sont gérées au niveau des APC, il est impératif que ces citoyens aient un droit de regard sur leurs affectations. Ce droit de regard s’exerce par une représentation démocratique au sein de cette institution locale.

Le troisième argument suit logiquement. Les APC constituent le bas de la pyramide de l’État. Il faut les intégrer et introduire ainsi la voix des citoyens. C’est également par cette intégration qu’il faudra élargir les prérogatives des assemblées élues et réduire celles des Walis qui disposent d’un pouvoir discrétionnaire insupportable. Par le biais des APC, peut se réaliser un lien national entre toutes les communes du pays et un resserrement des solidarités.

Le quatrième argument est directement politique. L’assaut direct contre l’État autoritaire porté par le Hirak n’a pas abouti. Les raisons peuvent être discutées mais le constat est là. Il faut changer de fusil d’épaule. C’est donc par la démocratie représentative qu’il faut aller à la conquête de l’État. Une conquête constitutionnelle.

Le cinquième argument, toujours politique, tient à l’émergence de cadres politiques issus du mouvement du Hirak et des actions de solidarité qui doivent apporter du sang neuf à la représentation populaire. C’est une sorte de retour sur investissement qu’est en droit d’attendre la société civile.

Le sixième argument concerne les partis et associations politiques. Les élections communales devraient constituer la mise à l’épreuve de leurs militants, cadres et dirigeants. L’épreuve des élections peut permettre de mesurer leurs liens avec les citoyens et leur niveau de représentativité.

Une rénovation de ces partis est alors envisageable. Cette épreuve devrait s’imposer aux dirigeants nationaux qui semblent mépriser les instances de base. Ces élections seront également l’occasion pour la formation de nouveaux partis représentatifs soumis aux épreuves électorales.

Enfin, septième argument. Les forces qui se réclament de la démocratie vont être confrontées aux questions posées par les alliances. Il est temps de faire le tri. L’étiquette démocratique dont se parent certains partis n’impliquent pas une adhésion sérieuse aux libertés individuelles. Installés durablement dans l’opposition, ce qui n’exclut pas quelques compromissions, ces partis instrumentalisent les libertés dont elles sont partiellement privées. Leur nature autoritaire et leur doctrine totalitaire n’apparaissent qu’à de rares occasions.

La proposition de l’instauration d’un état d’urgence sanitaire récemment avancée par un de ces partis est révélatrice de cette nature. L’état d’urgence, sanitaire, alimentaire ou autre, est un accroissement des pouvoirs de l’État et une limitation des libertés constitutionnelles des citoyens. Faire une telle proposition au moment où les citoyens pallient les défaillances de l’État face à la pandémie et aux incendies montre où peut mener l’apriori idéologique. Cette proposition n’a provoqué aucune réaction au sein des « forces de l’alternative démocratique » où se retrouvent sans se poser de questions des partis se réclamant de la social-démocratie et des partis d’inspiration idéologique totalitaire. La restructuration des alliances politiques s’impose pour clarifier les adhésions sincères aux libertés individuelles.

Ainsi, la participation aux élections communales peut être le point de départ de la remontée démocratique qui passera par les élections législatives et sénatoriales pour aboutir à la prochaine élection présidentielle. C’est le long chemin à emprunter pour la conquête de nouvelles libertés et la construction de l’État de droit. Cette remontée démocratique sera renforcée par les mouvements multiformes de la société civile. La contestation légitime de l’État autoritaire par le mouvement de masse et la participation aux institutions de la démocratie représentative se combineront pour la promotion et l’élargissement des libertés individuelles. C’est le contenu de la remontada démocratique.

LIRE AUSSI: Du manager investisseur glorifié au manager fonctionnaire humilié

Article précédentJeux paralympiques: Lynda Hamri remporte le bronze et offre une 6e médaille à l’Algérie
Article suivantNoureddine Ait Hamouda remis en liberté provisoire

1 commentaire

  1. Quels sont les mensonges algériens qui subsistent dans cette société depuis plus d’un demi-siècle ? Nous les avons domestiqués ou plutôt ce sont eux qui nous ont domestiqués! :

    – Nous avons “le pays le plus beau du monde”, vous dites ! Mais que dites-vous de la beauté de la Suisse, de la Norvège, des USA, de la Russie… Un mensonge qui vit en nous depuis plus de cinquante ans ! Il faut dire : nous avons un pays comme les autres pays des autres peuples du tiers-monde, un pays sale, chaotique, délabré, dilapidé. Il n’y a pas d’hôpitaux, pas d’eau pour tout le monde, pas de vacances parce qu’il n’y a pas de travail ! Un pays sans âme !
    – Nous sommes les enfants de la plus grande guerre du vingtième siècle”! Mais que dites-vous de la Première et la Deuxième Guerre mondiale, la Révolution d’octobre 1917, la guerre du Vietnam et d’autres? Correction : Certes nos parents, martyrs et moudjahidine, ont fait une guerre noble mais leur travail n’a pas donné les fruits espérés !
    – L’Ansej”, un mensonge nucléaire ! Les chiffres officiels annoncent la création des centaines de milliers d’entreprises montées par les jeunes ! Mais le lendemain, la mer démentit ces propos en mangeant nos enfants fuyant le chômage, la répugnance et le dégoût du quotidien algérien !
    – L’université algérienne,” un mensonge scientifique ! Il faut l’avouer : nous avons une centaine de crèches pour les grands ! Des pseudo-universités poussent comme des champignons, avec des “douktour” et des “profissours” ! Une sorte de fabriques de diplômes et de diplômés. Stop au populisme dans la science et dans la création!
    – La banque algérienne”, un mensonge d’or ! Ouvre, sésame ! Qu’importe l’appellation : BNA, BEA, BADR, BDL, CPA… elles ne sont que des caisses de billets réservées pour les chefs et les fils et les filles des chefs et des cheffes !
    – La plus grande mosquée d’Alger;” un mensonge divin ! Elle a été construite non pour prier Dieu mais pour justifier la corruption généralisée devant ce même Dieu ! Les voleurs ne construisent jamais une demeure pour Dieu ! Et Dieu n’habite jamais les maisons construites par les voleurs et les corrompus !
    – Les frères de la révolution”, un mensonge historique! Cette expression est souvent répétée dans des discours en béton armé, prononcés à l’occasion des fêtes nationales ; celle du 1er novembre, du 5 juillet, du 19 mars et dans les prêches des imams à l’occasion des fêtes religieuses ! Mais qui a tué qui ? Qui a tué Abane Ramdane ? Qui a tué Amirouche ? Qui a tué Mohamed Khider ? Qui a tué Krim Belkacem ? Qui a exécuté le colonel Chaâbani ? Qui a tué Boudiaf ?
    – Le nif algérien”, un mensonge machiste ! Depuis cinquante ans, un peu plus, ce mensonge ne cesse de grandir dans la tête des Algériens, et ces mêmes Algériens ont les pieds de plus en plus enfoncés dans la boue de l’humiliation ! Des milliers de femmes et leurs enfants passent la nuit de leur vie dans les rues d’Alger !
    – Le seul héros le peuple”, un mensonge politiquement correct! On a parlé au nom du peuple et c’est lui le héros ! Il est présent par son absence ! On a voté à sa place et c’est lui le héros ! On a créé des partis politiques islamistes ou nationalistes en son nom et c’est une poignée qui en profite! Le peuple fait la chaîne pour s’acheter un sachet de lait, et c’est lui l’heureux et le héros !
    – Les élections algériennes”, un mensonge démocratique! “El Ors eddimokrati” (les noces démocratiques) ! Tout le monde est convaincu que nos élections ne sont que mascarades ! Et à chaque fois, on organise le même carnaval : des élections municipales, régionales, législatives, sénatoriales, syndicales, présidentielles… Toujours le même cirque avec les mêmes scènes qui se répètent !

    Ce dernier point est primordial pour une véritable construction démocratique , justement pourquoi le PAPC élu par la population est chargé de gérer le budget communal , mais pas le PAPW qui ne s’occupe que de la présidence de l’APW qui discute les projets de la wilaya. Pourquoi ne pas supprimer le poste de wali qui sera remplacé par le PAPW qui gérera le budget de la wilaya tout comme le PAPC.
    Une économie énorme de toutes ces prises en charge de 58 walis .

Laisser un commentaire