Pr Kamel Djenouhat: « Il faut multiplier par 3 le nombre quotidien de contaminations pour s’approcher de la réalité »

0
Pr Kamel Djenouhat:
Pr Kamel Djenouhat: "Il faut multiplier par 3 le nombre quotidien de contaminations pour s’approcher de la réalité"
Google Actualites 24H Algerie

Le Professeur Kamel Djenouhat, président de la société algérienne d’immunologie, a déclaré ce 24 juin sur les ondes de la Chaine 3 de la Radio Algérienne, qu’il faut « multiplier par 3 le nombre quotidien de contaminations pour s’approcher de la réalité ».

Selon l’immunologue, le nombre quotidien des contaminations est sous-estimé. « On sait que les médecins privilégient actuellement les tests antigéniques. Or, les antigéniques positifs ne sont pas comptabilisés dans les statistiques quotidiennes. Il faut multiplier par 3 le chiffre quotidien pour s’approcher de la réalité. » Mais pour l’immunologue, la situation n’est pas alarmante. « Mille cas quotidiens, ce n’est pas inquiétant. Les pays qui ont 3 à 4 mille nouveaux cas par jours sont en train de déconfiner.»

« Les structures de santé ne sont pas dépassées », affirme le Pr Kamel Djenouhat. Selon lui, le manque de lits de réanimation n’est pas synonyme d’une augmentation de cas. Il s’explique : « si les services Covid sont saturés, c’est parce que les autres services, mobilisés au début de la pandémie, fonctionnent de nouveau normalement. » Pour lui, une seule certitude : « la pandémie a montré les points faibles du système de santé en Algérie et ailleurs. » Il recommande d’augmenter rapidement le nombre de lits de réanimation dans les hôpitaux.

Selon Kamel Djenouhat la vaccination reste le seul moyen de prévenir des vagues virulentes

Autre recommandation de l’expert : intensifier la campagne de vaccination. « Ce qui inquiète la communauté scientifique aujourd’hui c’est le cas de la Grande-Bretagne, où malgré une immunité collective acquise à plus de 80%, post-vaccinale ou post-infection, on assiste à 15 000 nouveaux cas par jour », relève le Pr Kamel Djenouhat, qui reste néanmoins optimiste, grâce à la baisse du nombre de décès dans ce pays. Selon lui, « 15 à 20 décès pour 15 000 contaminations par jour, prouve que lorsqu’on est vacciné, on développe des formes bénignes du virus.»

L’immunologue insiste sur la nécessité de se vacciner. Il appelle les professionnels de la Santé et les associations spécialisées à sensibiliser la population pour adhérer à la vaccination.

Article précédentLégislatives: le FLN perd sept sièges, les indépendants en gagnent six
Article suivantAbdelaziz Djerad présente ce jeudi la démission de son gouvernement au président de la République

Laisser un commentaire