Jeux paralympiques 2021 : l’incroyable performance du pongiste égyptien Ibrahim Hamadtou

0
Jeux paralympiques 2021 : l'incroyable performance du pongiste égyptien Ibrahim Hamadtou

Après avoir créé la sensation aux Jeux paralympiques de Rio, Ibrahim Hamadtou revient à Tokyo. Amputé des deux bras, ce pongiste égyptien joue avec la raquette entre les dents.

Entraîner son corps blessé pour atteindre la compétition de haut niveau. Aux Jeux paralympiques, nombre d’athlètes partagent ce destin. Parmi eux, Ibrahim Hamadtou. Ce pongiste égyptien, amputé des deux bras à 10 ans, a développé sa propre technique pour jouer à un niveau international : il défend ses chances raquette entre les dents, utilisant ses pieds pour servir.

Lors de sa première participation aux Jeux paralympiques, à Rio, Ibrahim Hamadtou avait créé la sensation, même s’il avait perdu toutes ses rencontres. À Tokyo, le pongiste s’est incliné en trois sets face au Sud-Coréen Hong Kyu Park pour son premier match de poule, mercredi 25 août.

Amputé après un accident de train

Ce père de trois enfants, originaire de la ville portuaire de Damiette, a perdu ses deux bras dans un accident de train quand il était enfant, à 10 ans. Après son amputation, « il est resté silencieux chez lui pendant trois ans. Il n’osait pas sortir », raconte son entraîneur depuis vingt ans, Hossameldin Elshoubry.

Un proche essaye alors de sortir l’adolescent de sa dépression grâce au sport. Avec ses deux bonnes jambes, le football semble parfait. « Le football, ça n’a pas marché », soupire Ibrahim Hamadtou. Son coach explique : « C’était trop dangereux. Sans bras, si vous tombez, vous n’avez aucune façon de vous protéger ».

Sa tête, l’équivalent d’un bras, sa bouche, celui d’une main

En 1986, le jeune homme se tourne alors vers le tennis de table en faisant tenir la petite raquette sous l’aisselle de son bras droit. « Cela n’a pas marché non plus », sourit-il. Finalement, il essaye de tenir le manche avec sa bouche, « comme lorsque l’on cherche quelque chose avec une lampe et qu’on a les mains pleines. »

Pour servir et ramasser la balle, Ibrahim Hamadtou utilise ses orteils. Pour tenir l’échange, il compte sur la force de son cou qui transforme sa tête en l’équivalent d’un bras, et sa bouche en une main. « Cela m’a pris trois ans pour apprendre », poursuit-il. « Après, sa vie a complètement changé. Il est même retourné à l’école », rajoute fièrement son coach.

L’un de ses adversaires aux jeux paralympiques de Rio, le Britannique David Wetherill, jouant avec une béquille pour soutenir la partie gauche de son corps, disait en 2016 se sentir « dans l’ombre » face à l’Égyptien. « C’est une légende du tennis de table (…) Avec toutes ces choses qu’il réalise, (Ibrahim) fait relativiser. » Dans son pays, Ibrahim Hamadtou est devenu une star grâce une vidéo de ses exploits postée sur Youtube, visionnée près de 3,5 millions de fois.

Article précédentRéouverture partielle de l’espace aérien: 32 vols hebdomadaires à compter de samedi
Article suivantCovid -19: l’Algérie fait don de 200 mille doses de vaccins et 80 concentrateurs d’oxygène à la Tunisie

Laisser un commentaire