«HandiTour», l’appli qui facilite les voyages des personnes à mobilité réduite
happy disabled woman in wheelchair outdoors beach showing victory sign

Les personnes en situation d’handicap, pourront, prochainement, avoir accès à une application leur permettant d’organiser leur voyage facilement et en toute sécurité. Cette première en Algérie est à l’initiative de Djamila Touabet, qui a créé la startup «HandiTour», à Setif, spécialisée dans le tourisme pour les personnes à mobilité réduite.

«Faire du tourisme en Algérie pour une personne en situation d’handicap est quasiment impossible. Rien n’est adapté, ni les routes, ni les moyens de transport. Les agences de voyages ne proposent pas d’offres pour ces personnes. Au niveau des hôtels, sur cent chambres il n’y a que deux chambres adaptées. Cela contraint la personne handicapée à dépendre d’un accompagnateur ou à rester chez elle. À travers ma startup, j’ai créé l’application HadiTour pour remédier à cette situation » explique-t-elle.

Djamila Touabet est la présidente de l’Union des handicapés moteurs de la wilaya de Setif, créée en 2012. Son association participe activement à la formation et l’insertion professionnelle des  handicapés. En  2018 elle se lance dans entrepreneuriat social. Elle postule au programme de formation et d’accélération de startup (ELIP). Son projet de créer une startup dédiée au tourisme pour les personnes en situation d’handicap est retenu. Elle bénéficiera de deux ans d’accompagnement pour faire de son idée un projet viable.

«Grâce aux coachs de ce programme, mon projet a muri et j’ai eu l’appui nécessaire pour créer ma startup. J’ai été parmi les trois finalistes et j’ai eu le Prix Coup de cœur. C’est une première en Algérie voire au Maghreb, qu’un projet technologique vienne résoudre une problématique liée à la mobilité des personnes » souligne Djamila.

L’application «Handi Tour», permet de mettre en relation la personne invalide avec les structures d’accueil que ce soit un hôtel ou des maisons en location. En se connectant à l’application, la personne crée un compte. Elle devra remplir un questionnaire pour déterminer si elle voyage seule ou accompagnée, le type de son handicap, si le séjour prévu se déroule à l’intérieur ou à l’extérieur de la structure et la fourchette des prix. Elle recevra ensuite une série d’offres pour son séjour, détaille Djamila.

«L’application est actuellement à l’essai, mais nous avons déjà l’accord de principe de plusieurs hôtels à travers le pays. Le VTR Yassir est aussi prêt à nous accompagner. Nous allons également négocier la fourchette des prix avec les structures hôtelières, pour avoir des prix concurrentiels » ajoute Djamila.

Djamila ne manque pas d’ambition, elle a également contacté d’éventuels partenaires à l’international. Elle souhaite pouvoir organiser des voyages à l’étranger avec les commodités nécessaires pour les personnes à mobilité réduite.

« Une personne en situation d’handicap n’a pas spécialement besoin d’un aidant, si tout était adapté comme le stipule la loi, ces personnes seraient plus autonomes. Seulement ce n’est pas le cas, l’espace public reste dangereux, et les structures d’accueil manquent d’équipements nécessaires » déplore Djamila.

Cette jeune femme ne rate pas une opportunité pour présenter son projet lors de manifestations touristiques. Elle veut démontrer que ces personnes sont une clientèle potentielle. Ils ont des besoins spécifiques mais cela ne demande pas un grand investissement. Elle estime que l’offre touristique doit s’adapter. Elle aura tout à y gagner, conclut Djamila.

Article précédentDécédée le 7 juin dernier, Bettina Heinen Ayech, une artiste à l’air libre
Article suivantL’étoile pâlissante du “maréchal” Haftar, l’homme de presque toutes les “puissances”

Laisser un commentaire