Hamid Hamdani : « Produire de 30 à 40 % des besoins du pays en blé, maïs et huiles d’ici 2024 »

0
Hamid Hamdani :
Google Actualites 24H Algerie

Hamid Hamdani, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, a déclaré qu’une feuille de route a été tracée pour réduire l’importation de plusieurs produits agricoles.


« Nous voulons atteindre l’objectif de produire de 30 à 40 % de maïs, d’huiles et de blé dur. Nous avons les moyens avec les facilitations d’accès à l’investissement et au foncier et la débureaucratisation de l’acte économique (…). Des orientations ont été données aux banques pour faciliter l’accès aux crédits. Nous sommes en train de structurer cette approche », a déclaré Hamid Hamdani, ce jeudi 14 octobre, à la chaîne 3 de la radio nationale.


Et d’ajouter :  » nous devons gagner la bataille du blé dur, avoir notre autonomie et réduire significativement nos importations d’huile. Pour preuve, nous avons lancé une filière oléagineuse, à savoir le colza, et qui commence à donner ».
Le gain, avec la réduction des importations, sera, selon lui, de deux milliards de dollars d’ici 2024.


« Pour cette année, nous en sommes à plus de 400 millions de dollars de gain. Nous avons déterminé le potentiel foncier et hydrique », a-t-il dit précisant que l’objectif stratégique est de garantir la sécurité alimentaire de l’Algérie.


Hamid Hamdani évoque « une agriculture durable »


Il a évoqué l’existence d’un cahier de charges qui porte, entre autres, sur la rationalisation des ressources hydriques. « Nous avons déterminé plus de 1,9 million hectares au niveau du sud du pays. Et, il y a un premier portefeuille potentiel sol-eau autour de 500.000 hectares à mettre en valeur durant les prochaines années (4 à 6 ans) », a-t-il souligné parlant « d’une agriculture durable, intelligente ».


Selon lui, des investisseurs algériens sont venus des Etats Unis pour lancer des projets agricoles en Algérie.

 
Il a lancé un appel aux hommes d’affaires d’investir dans le secteur agricole surtout avec l’existence du foncier et de facilites d’accès aux crédits. Et, il a annoncé la validation d’une cinquantaine de dossiers d’investissement dans le secteur agricole, la plupart sur fond propre, notamment dans le sud du pays.


Hamid Hamdani a indiqué que les investisseurs étrangers peuvent également lancer des projets en Algérie dans le cadre des lois en vigueur en créant des sociétés de droit algérien.

Article précédentMédias: Aucun licenciement à Radio Constantine, le directeur écarté pour raison de gestion
Article suivantCovid-19: 101 nouveaux contaminés et 3 décès en Algérie

Laisser un commentaire