86è jour de grève de la faim du palestinien Maher El Akhras: la liberté ou le martyre

0
Après 103 jours en grève de faim: le prisonnier palestinien Maher Al-Akhras libéré
Archives

Le Palestinien Maher el Akhras, 49 ans, père de six enfants, est aux portes de la mort après 86 jours de grève de la faim. Arrêté, le 27 juillet, sous le régime  propre aux systèmes colonialistes de la détention administrative, le palestinien originaire de Jenine avait entamé le jour même une grève de la faim. 

Maher el- Akhras connait le régime de la détention administrative – il l’a subi à plusieurs reprises et durant des périodes de plus en plus longue en 1989, en 2004, en 2009 et en 2018 – dont l’objectif est de faire plier le mouvement national palestinien. Ils sont des centaines de Palestiniens, dont des enfants mineurs, à subir cette détention administrative, un système dénoncé par les ONG des droits de l’homme.  Ni Maher ni ses avocats ne sont informés des charges retenues contre lui et sa détention de six mois est renouvelable selon le bon vouloir des autorités coloniale.  

Le nombre de détenus palestiniens dans les prisons israéliennes est d’environ 4 400 détenus, dont 39 femmes, selon les organisations palestiniennes de défense des droits humains. Le nombre d’enfants détenus a atteint environ 155 enfants et les détenus administratifs (sans inculpation) étaient d’environ 350.

La liberté ou le martyre

Al-Akhras, qui se trouve à l’hôpital «Kaplan» est grandement affecté par la grève de la faim qu’il n’entend pas arrêter.  Le tribunal de l’occupation israélienne a rejeté le 12 octobre dernier, une demande de libérer immédiate.  Maher  Al-Akhras a décidé, malgré le risque pour sa vie, de poursuivre sa grève de la faim jusqu’à la fin de sa détention administrative et sa libération immédiate : ‘Ma seule condition est la libération, la liberté ou le martyre, dans l’un des deux cas, c’est une victoire pour mon peuple et pour les prisonniers ».

Le 14 octobre dernier un porte-parole de l’ONU a déclaré, en réponse à une question que Nickolay Mladenov, Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient est “profondément préoccupé par la détérioration de l’état de Maher al-Akhras”.  Le Coordonnateur spécial “réitère son appel pour que toutes les personnes placées en détention administrative soient inculpées ou libérées immédiatement.”

Article précédentCoronavirus: nouveau tour de vis en Europe, 40 millions de cas dans le monde
Article suivantEnseignement supérieur: reconduction des cours à distance

Laisser un commentaire