Le Gouvernement envisage de retirer la nationalité à des Algériens résidants à l’étranger

6
Le Gouvernement envisage de retirer la nationalité à des Algériens résidants à l'étranger
Le Gouvernement envisage de retirer la nationalité à des Algériens résidants à l'étranger

Le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, a présenté ce mercredi 03 mars 2021, lors d’une réunion du gouvernement, un projet de loi permettant de déchoir des citoyens résidants à l’étranger, impliqués dans « des délits portants atteinte aux intérêts de l’Etat », de la nationalité algérienne.

L’annonce a été faite par le porte-parole du gouvernement, Amar Belhimer. Celui-ci a fait savoir que M. Zeghmati a présenté une seconde lecture au projet de loi sur la nationalité, introduisant la possibilité de retirer la nationalité algérienne originelle ou acquise.

« La loi sera appliquée à l’Algérien habitant en dehors du territoire algérien, impliqué dans des actions portant volontairement atteinte aux intérêts de l’Etat et à l’unité nationale », a-t-il déclaré.

La nationalité retirée en cas de collaboration avec un pays ennemi

Le projet de loi vise également les Algériens qui activent ou adhérent à « une organisation terroriste, subversive, qui la financent ou qui la soutiennent ». Le projet entend également retirer la nationalité à tout Algérien ayant affaire à un pays ennemi de l’Etat algérien. Amar Belhimer a affirmé que toutes ces dispositions « répondent à ce que permettent les accords et lois internationales ».

Article précédentLe MDN annonce avoir déjoué un attentat à Alger
Article suivantPremier Salon du livre d’Alger : « nous voulons sortir du tunnel »

6 Commentaires

  1. Ils oublient juste de préciser un point important : que cet algérien dispose d’une autre nationalité. Dans le cas contraire, ils vont en faire un apatride et c’est, justement, contraire à ces mêmes conventions internationales qui interdisent cet état de fait.
    Encore un écran de fumée, sans aucun lien avec les véritables priorités du pays, dont la démocratisation n’est pas des moindres.

  2. On s’en fout s’il a une autre nationalité! S’il devient un apatride c’est son problème! Les lois internationales « n’interdisent » pas cette situation dont la cause est la personne incriminée! L’écran de fumée est dans ton esprit têtu!

Laisser un commentaire