FNTP: « Khatini » d’Ahmed Rezzak décroche le grand prix

2
FTNP:
FTNP: "Khatini" d'Ahmed Rezzak décroche le grand prix

La pièce « Khatini » d’Ahmed Rezzak a décroché le grand prix du 14e Festival national du théâtre professionnel, clôturé dimanche 21 mars, au soir. La cérémonie de clôture s’est déroulée au Théâtre national Mahieddine Bachtarzi (TNA), à Alger.

Ahmed Rezzak, qui n’était pas présent,  a obtenu également le prix de la meilleure scénographie pour la même pièce, produite par le Théâtre régional de Mostaganem (TRM). La représentation, qui s’inscrit dans le théâtre populaire voulu par le metteur en scène, s’est distinguée par son ton vivace et par sa thématique épicée tirée de l’actualité algérienne.

C’est l’histoire d’un jeune, Khatini, qui veut quitter un pays de vieux, dirigé par un président omnipotent. Bouhadjar Boutchiche, qui a interprété le rôle de Machi Houa, père de Khatini, a décroché le prix de la meilleure interprétation masculine. Il était en course avec Seifeddine Bouha du Théâtre régional de Skikda. Bouhadjar Boutchiche est distingué pour la deuxième fois au FNTP pour le même prix, après celui de 2013.

« Aimer son partenaire sur scène »

« L’équipe de la pièce a bien travaillé. Les comédiens ont fait beaucoup de sacrifices. Le jury a été à la hauteur. Pour réussir l’interprétation d’un rôle, il faut bien aimer son partenaire sur scène. Si vous êtes dirigés par un bon metteur en scène, vous pouvez donner dans le spectacle », a déclaré Bouhadjar Boutchiche à 24H Algérie.

Les gens du théâtre doivent, selon lui, faire preuve d’amour pour pouvoir produire des spectacles qui accrochent le public. « Sans amour, nous ne pourrons pas atteindre le public. Nous avons formé une famille lors de la pièce « Khatini« , a-t-il appuyé.

Ali Djebara, prix du meilleur metteur en scène

Le prix de la meilleure interprétation féminine est revenu à Najla Terli pour « Aramel » (Théâtre Régional Constantine) qui a joué le rôle d’une domestique dans la pièce « Aramel » (Veuves) de Chahinez Negouache du Théâtre régional de Constantine. Ali Djebara a eu le prix du meilleur metteur en scène pour la pièce « Sekoura » du Théâtre régional de Souk Ahras. Pour le même spectacle, Mohamed Zami  a décroché le prix de la meilleure création musicale. Mahi Ben Amara a obtenu le distinction du meilleur texte pour la pièce « Transaction » de Haider Benhassine du Théâtre régional de Tizi Ouzou.

Plaidoyer pour le théâtre indépendant

Le prix spécial du jury, présidé par Habib Boukhelifa, est revenu à la coopérative Numidia de Bordj Bou Arreridj pour la pièce « Netsenaw fel…hit » de Halim Zeddam, d’après « En attendant Godot » de Samuel Beckett. En reçevant le trophée, Halim Zeddam a fait un plaidoyer pour le théâtre indépendant. « Je fais partie de ce théâtre. C’est un combat de longue haleine. L’aboutissement de notre combat sera la reconnaissance du théâtre indépendant qui existe déjà. La preuve, nous sommes là. A chaque festival, nous marquons notre présence », a soutenu Halim Zeddam dans une déclaration aux journalistes.

Le jury a décidé d’accorder deux prix ex-aequo pour les meilleurs espoirs féminins et masculins. Il s’agit de Yasmine Abbasi, Chaïma Ourad, Riadh Djefailia et Mustapha Merati.  Outre l’enseignant et critique Habib Boukhelifa, le jury était composé de la comédienne Nabila Ibrahim, des metteurs en scène Fouzi Benbrahim et Wahid Achour ainsi que du critique et journaliste Bouziane Benachour.

Hommage à Hasnaoui Amechtouh et à Mohamed Bourahla

« Ils m’ont oublié. Avec cet hommage, je me sens renaître de nouveau », a déclaré le chanteur Hasnaoui Amechtouh, honoré par le FNTP, fortement applaudi par le public. Il en a été de même pour Mohamed Bourahla, romancier et dramaturge, absent en raison de la maladie. Mohamed Bourahla a notamment adapté le texte d’Abdelkader Alloula, traduisant la pièce « Arlequin valet des deux maîtres » de Carlo Goldoni, pour le spectacle monté par Ziani Chérif Ayad et produit par le Théâtre régional d’Oran.  La pièce était en compétition lors du 14ème FNTP.

Hommage à Rym Ghazali

Mohamed Yahiaoui, commissaire du festival et directeur du Théâtre national algérien, a clôturé le festival en rendant un hommage à l’actrice et chanteuse Rym Ghazali, décédée mercredi 18 mars à Paris. Une minute de silence a été observée par le public.

Mohamed Yahiaoui a salué le respect du public des mesures de prévention relatives à la Covid-19 pendant la durée du festival, première grande manifestation culturelle depuis la décision des pouvoirs publics d’ouvrir graduellement les espaces culturels dans le pays, après une année de confinement sanitaire.

Le Palmarès du 14e Festival national du théâtre professionnel


– Grand Prix : « Khatini »  d’Ahmed Rezzak (Théâtre  Régional Mostaganem).

– Meilleure Mise en scène:  Ali Djebara pour « Sekoura » (Théâtre Régional Souk Ahras).

– Meilleure Scénographie: Ahmed Rezzak pour « Khatini ».

-Meilleur Texte: Benamara Mahi pour « La Transaction » (Théâtre Régional Tizi Ouzou).

– Prix Spécial du Jury: « Nestenaw…fel…hit » de Halim Zeddam (Coopérative Numidia, Bordj Bou Arreridj).

– Meilleure Interprétation Féminine: Najla Terli pour « Aramel » (Théâtre Régional Constantine).

– Meilleure Interprétation Masculine: Bouhdjar Boutechiche pour « Khatini ».

– Meilleure Création Musicale : Mohamed Zami (« Sekoura », Théâtre Régional Souk Ahras).

– Meilleur Espoir Féminin: Chaïma Ourad (« Sekoura ») et Yasmine Abbassi (« Aramel »),

– Meilleur Espoir Masculin: Riadh Djefailia (« Sekoura ») et Mustapha Merati pour « Arlequin valet des deux maîtres » (Théâtre régional d’Oran).

Article précédentLes dates des examens du BEM et du Baccalauréat fixées
Article suivantUn mandat d’arrêt international requis contre Amir DZ, Zitout Larbi et Hichem Aboud pour « terrorisme »

2 Commentaires

Laisser un commentaire