Situation confuse au FLN, des militants annoncent avoir écarté Abou Fadl Baadji

3
Situation confuse au FLN, des militants annoncent avoir écarté Abou Fadl Baadji
Situation confuse au FLN, des militants annoncent avoir écarté Abou Fadl Baadji

Des dizaines de militants ont envahi, ce jeudi 9 septembre, le siège du FLN à Hydra, à Alger, pour écarter son secrétaire général Abou Fadl Baadji.


Selon des vidéos postées sur des réseaux sociaux, des dizaines de militants ont manifesté devant le siège du FLN, parti majoritaire au Parlement, à Alger avant de pénétrer de force dans le bureau du secrétaire général Abou Fadl Baadji. La porte d’entrée au siège du parti a été cassée.


Des militantes ont poussé des yeux pour célébrer « le changement » à la tête de l’ex-parti unique.


Selon Fouad Sebouta, membre du Conseil de la nation, les membres du Comité central du FLN ont décidé « à l’unanimité » de retirer la confiance à Abou Fadl Baadji et de « remettre le parti sur la bonne voie ».


« L’ex-secrétaire général n’a pas de légitimité. Il y a eu beaucoup de dépassements à l’intérieur du parti. C’est une décision historique pour les membres du Comité central et pour les cadres et militants du parti. Beaucoup ont subi de l’injustice », a-t-il déclaré à Echourouk News. Il a annoncé l’envoi de plusieurs correspondances aux autorités pour les alerter sur la situation organique du FLN.


Annulation de toutes les décisions prises par Abou Fadl Baadji


« Celui qui a usurpé la fonction de secrétaire général n’est plus à ce poste. Le parti est récupéré par ses militants. L’instance de coordination va se réunir bientôt pour établir un agenda. Nous avons beaucoup de défis à relever dont la préparation des élections locales prochaines », a ajouté Fouad Sebouta.


Une déclaration écrite par « l’instance de coordination » émanant du Comité central, et signée par Mohamed Yessa Mohamed, a été lue devant les présents au siège du FLN.


Il s’agit d’abord de l’annulation de toutes les décisions prises par Abou Fadl Baadji, décisions qualifiées d’arbitraires, et d’exclusion du SG et du responsable de l’organique du parti, Rachid Assas. Le poste du SG du FLN est déclaré vacant.


D’après Fouad Sebouta, les partisans d’Abou Fadl Bâadji ont tenté d’empêcher les cadres du FLN d’entrer au siège pour tenir une réunion du Comité central afin d’annoncer le retrait de confiance au SG.


« Nous avons demandé à plusieurs reprises au SG de convoquer une session du Comité central pour étudier la situation du parti. Il a refusé en s’accaparant le pouvoir sans recourir au Comité central qui est l’instance suprême entre deux congrès », a-t-il noté.

Article précédentLafarge sera de nouveau jugée pour « complicité de crimes contre l’humanité » en Syrie
Article suivant« Jil Cilima », un programme de formation à la critique de cinéma du 9 au 11 septembre

3 Commentaires

  1. Par ces pratiques , l’Algérie s’enfoncé directement dans l’anarchie . Des pratiques observées chez certaines organisations y compris en football.
    A trop vite oublier que les peuples ont une mémoire, que cette mémoire structure leurs adhésions et leurs rejets, les régimes finissent par perdre tout lien avec leurs sociétés.
    Tous les peuples ont soif de liberté.
    Tous les peuples ont soif d’égalité, de justice et de dignité.
    Tous les peuples mènent des combats et les paient horriblement cher avant de les voir aboutir.
    Il ya plus d’un siècle que les algériens ont entrepris leur longue marche vers la liberté et la dignité dans leur acception politique moderne. Le rajeunissement nécessaire des élites, les nouvelles formes que prennent leurs luttes, l’extension du champ de leurs revendications, qui secoue le vieux fonds classique des combats de leurs aînés, ne doit pas servir à l’odieux dessein de couper les générations en tranches jetables.
    Le combat pour l’indépendance nationale et le combat pour la démocratie sont indissociables. Ceux qui ont cru que l’une pouvait faire l’économie de l’autre ont fait la preuve de leur échec.
    Et c’est cette part de liberté confisquée qui revient périodiquement, portée par de nouvelles générations, pour affirmer, haut et fort, que sans liberté des individus et des peuples il n’ya ni indépendance ni souveraineté nationale, ni développement économique, politique et social.

  2. Moi je dirai sincerement que l’Etat doir agir vite et dissoudre toutes les partis politiques sans exception car on, à tout vu ces dernieres années,certains s’enrechissent grace aux Elections,où va l’Algérie,soyez sûr y’aura jamais des hommes nobles tant que ces partis existent encore .

  3. A mon avis les gens qui disent que le FLN actuel est dévié de sa trajectoire,je dirai ceux là,que le FLN depuis sa creation à fait l’objet de confiscation de ses principes et me résultat on les voit aujourf’hui

Laisser un commentaire