Féminicides dz, un site qui lève le voile sur les assassinats de femmes Algériennes

2
Rassemblement de femme contre les féminicides
Rassemblement de femme contre les féminicides

Des images de femmes qui défilent, souvent souriantes et pleines de vie, suivies d’une main qui dit « Stop »: c’est sur Féminicides Algérie, le site lancé par Narimene Mouaci Bahi et Wiame Awres, deux militantes pour les droits de la femme, qui recense, à travers les médias et les réseaux sociaux, les cas de femmes algériennes assassinées.

Après plusieurs mois de travail de recension, de recherche et de veille dans la presse et les réseaux sociaux, elles ont été convaincues par l’ampleur des cas qu’il faut informer et dénoncer : le site qu’elles ont créé répond à cette nécessité plus que jamais urgente.

« Féminicides Algérie », donne une liste non exhaustive des crimes contre les femmes à travers le pays. Les initiatrices de cette plateforme listent les victimes en donnant le nom et le prénom de la femme assassinée, son âge, sa situation familiale, les circonstances du meurtre et la ville où s’est produit l’homicide. Le site donne également la définition du féminicide et la possibilité de déclarer un féminicide.

«Il faut savoir que les chiffres que nous donnons ne sont pas les chiffres réels. Ce sont les résultats d’un recensement sur les médias et réseaux sociaux. Les meurtres de femmes sont traités comme des homicides et c’est pour cela que nous n’avons pas de chiffres exacts. En 2019, la DGSN a déclaré un chiffre de 39 meurtres de femmes, alors que nous avons recensé 75 féminicides. Pour avoir un chiffre réel il faut des moyens institutionnels. Il faut donc un travail collaboratif entre la gendarmerie nationale, la médecine légale, la justice pour un recensement exhaustif » explique Wiame.

Les deux jeunes femmes ont fait le décompte de l’année 2019 et 2020, elles préparent celui de 2018. Des listes mises à jour au fur et à mesure selon Wiame. Pour chaque cas, Wiame et Narimane contactent l’entourage pour confirmer l’information et collecter des informations sur la victime.

 «En 2012 la gendarmerie nationale avait donné un chiffre de 200 femmes assassiné en 8 mois. C’est l’équivalent d’une femme assassinée par jour, c’est énorme. C’est pour ça qu’il ne faut plus traiter ces meurtres comme des faits divers, mais comme un fait social. Il faut se préoccuper du sort des enfants et aussi des peines encourues par le meurtrier, car certains ont retrouvé leur liberté. C’est pourquoi nous voulons que le féminicide fasse l’objet d’une attention particulière de la part des autorités concernées ».

«Des lois féminicides »

Le travail de recension de ces cas a permis aux deux féministes de découvrir des dispositions dans le Code pénal qui, estiment elles, participent au féminicide. Celles-ci seront publiées sur la plateforme pour dénoncer leur caractère incitatif au féminicide. Parmi celles-ci, la « clause du pardon » qui met fin aux poursuites judiciaires si l’épouse pardonne à son conjoint, la loi 326 du Code pénal qui permet au violeur d’épouser sa victime mineure, la loi 279 qui stipule que « le meurtre, les blessures et les coups, sont excusables s’ils sont commis par l’un des époux sur son conjoint ainsi que sur le complice à l’instant où il les surprend en flagrant délit d’adultère » et bien d’autres.

Toutes ces lois incitent au féminicide selon Wiame. Elle cite un cas de féminicide où le conjoint a assassiné sa femme en plein tribunal. Un crime grave pour lequel il n’a écopé que d’une peine de 15 ans de prison et, selon des informations, sa peine a été réduite sous l’argument qu’il s’agissait d’une « affaire d’honneur. »

Ce site se veut, selon ses initiatrices, un outil qui aide, éclaire et dénonce un vrai problème de société. Elles souhaitent également en faire une source d’information pour les femmes victimes de violences. «Nous allons consacrer un espace dans notre site aux liens utiles. Nous publierons des numéros d’urgence et ceux des centres d’écoute. On mettra également les adresses des centres d’hébergement où des femmes peuvent s’y rendre en cas de problèmes dans leurs foyers » ajoute Wiame. Féminicides.dz est un site d’alerte, de dénonciation et aussi de soutien aux femmes en situation de péril.

Article précédentKamel Daoud appelle le Président à libérer « tous les détenus d’opinion »
Article suivantLiban: de retour, le Premier ministre Hariri promet à nouveau des réformes

2 Commentaires

Laisser un commentaire