Sonia Merabet et Abdo Shanan exposent à l’espace Rhizome à Alger

0
Affiche de l'exposition
Affiche de l'exposition "Untold"
Google Actualites 24H Algerie

« Untold », le non dit, est le titre choisi par  Sonia Merabet et Abdo Shanan pour une exposition conjointe à l’espace Rhizome à Alger.

Le vernissage de l’exposition, la deuxième pour Rhizome depuis son ouverture en novembre 2020, a eu lieu le dimanche 6 février 2021. Myriam Amroun et Walid Aidoud sont les commissaires de cette exposition qui reste visible jusqu’au 8 mars 2021. Elle est développée, selon un communiqué de la galerie, à la faveur du projet « Remchet 3in » (nictation) en partenariat avec Dima Cinéma.


La thématique de « Untolde » (ما كُتِمَ) est la violence. « Une approche représentative des violences subies et que continuent d’endurer des milliers de femmes en Algérie, et ailleurs. Illustrations croisées, de processus de dé-configuration psychique, ou encore de hantises qu’évoquent la perception d’une ombre, celle même de soi », est-il noté dans la présentation de l’exposition.

« Séquelles bleues »

La photographe et styliste Sonia Merabet propose une série de photos sous le titre « Séquelles bleues ». « Elle compose d’ombre et de lumière pour dévoiler des émotions mitigées, parfois contradictoires et vécues simultanément dans un débattement interne. C’est en pesanteur qu’elle fait fusionner effroi et libération dans une forme de poésie sourde », est-il noté.


« La mémoire » est le sujet des photos exposées par Abdo Shanan, photographe et ingénieur. « Les photos de Abdo se succèdent en flashs récurrents et irréguliers. Ce sont les flashs qu’il a vécu à travers son immersion dans le détail du « Livre Blanc » du Réseau Wassila, et le récit de chaque victime dont l’histoire est racontée », est-il précisé.  Le Réseau Wassila rassemble des associations qui luttent contre les violences faites aux femmes et aux enfants.

Article précédent« En attendant Omar Gatlato », regard sur l’art en Algérie et dans sa diaspora
Article suivantDes printemps arabes au Hirak, les Picturies ont préfiguré le mouvement populaire dans la société algérienne

Laisser un commentaire