L’emprisonnement des auteurs de triche « redonne de la crédibilité au bac »

0
L'emprisonnement des auteurs de triche
L'emprisonnement des auteurs de triche "redonne de la crédibilité au bac"

Les poursuites judiciaires et les peines d’emprisonnement prononcées contre les auteurs de triche ou de fuite sujets des examens du baccalauréat « redonne de la crédibilité » à cet examen, estime le président de l’organisation nationale des parents d’élèves, Ali Benzina.

Dans une déclaration au site d’informations SabqPress, M. Benzina a rajouté que ces mesures « vont mettre fin aux dépassements qui ont été enregistrés durant les examens du baccalauréat ces dernières années (…) la triche s’est propagé dans le secteur de l’Education, tant chez les élèves que le personnel », a-t-il affirmé. « Ces pratiques sont également présentes dans les concours d’inspecteurs ou de directeurs, à l’instar des examens pour élèves », poursuit M. Benzina

Des dizaines de décisions ont été prononcées par plusieurs juridictions à travers le pays contre les auteurs de fuite de sujets. Mercredi, des peines d’emprisonnement de 1 à 2 ans et des amendes de 50.000 à 500.000 Da ont été prononcées contre 9 individus impliqués dans la fuite des sujets de l’examen du baccalauréat ou des corrigés, a indiqué le ministère de la Justice dans un communiqué.

Le département de Belkacem Zeghmati a annoncé la même information la veille. A Bouira, le tribunal de Ain Bessam a condamné un jeune de 18 ans, répondant aux initiales A.M.F, à une peine de 2 ans de prison ferme pour avoir publié sur son compte Facebook un sujet de langue arabe une heure … après le début de l’épreuve.

Des arrestations effectuées « grâce à la vigilance permanente de l’Organe nationale de prévention et de lutte contre les infractions liées aux TIC », poursuit la même source.

Ces fuites ont ainsi eu lieu malgré la coupure, par les autorités algériennes du réseau Internet, peu de temps avant le début des épreuves. Une coupure qui a suscité la colère de beaucoup d’internautes algériens.

Interrogé également sur l’exclusion des candidats en retard des examens du baccalauréat, le Président de l’ONPE a rajouté que celle-ci envisage de contacter les autorités afin d’annuler cette loi et permettre aux élèves de passer les autres épreuves, lorsque l’examen raté n’est pas éliminatoire.

Laisser un commentaire