Embouteillages à Alger, les accès à la capitale obstrués

0
Embouteillages à Alger, les accès à la capitale obstrués
Embouteillages à Alger, les accès à la capitale obstrués

Comme un vendredi de Hirak. Les accès à la capitale sont obstrués depuis lundi soir. Un dispositif identique aux mesures sécuritaires prises lors des jours de manifestations a été installé à l’est, à l’ouest et au sud d’Alger, en prévision d’une marche des retraités et invalides de l’armée.

Les barrages filtrants de la police et de la Gendarmerie aux entrées de la capitale, à l’image de ceux de Dar El Beida, Baba Ali ou même les barrages locaux à l’image de ceux des Bananiers sur la « route moutonnière » menant au centre-ville, étaient renforcés et serrés lundi soir et mardi matin.

La durée des trajets des automobilistes de l’est de la capitale au centre-ville est ainsi doublée, voire triplée, à se référer aux témoignages de plusieurs d’entre eux. Idem du côté de Boufarik, Baba Ali, Khemis Khechna ou encore Zeralda.

Les retraités et invalides de l’armée repoussés aux entrées d’Alger

Si le dispositif en raison des marches du Hirak provoque moins d’encombrements les vendredis, probablement en raison de la baisse du trafic ce premier jour de weekend, les barrages provoquent des embouteillages monstres durant le reste des jours de la semaine.

Ce dispositif est installé à chaque fois que des appels à manifester dans la capitales sont émis par des retraités et invalides de l’armée. Leur action de protestation, prévue aujourd’hui, coïncide ainsi avec la marche d’étudiants et de citoyens dans le cadre du Hirak.

Les forces de l’ordre ont tenté de bloquer l’avancée des retraités et invalides de l’armée, en recourant au gaz lacrymogène.

Article précédentQui est Farid Zinedine Bencheikh, le nouveau patron de la DGSN ?
Article suivantPétrole: le panier de l’Opep se maintient à plus de 68 dollars le baril

Laisser un commentaire