A M'Sila, Abdelaziz Djerad évoque
Archives
Google Actualites 24H Algerie

L’Algérie évitera la précipitation dans l’acquisition du vaccin anti Covid 19. « Depuis le début de la pandémie, vous avez remarqué qu’on travaille d’une manière méthodique avec une approche rationnelle et scientifique. On doit faire confiance aux médecins et au Comité scientifique (chargé du suivi de la pandémie). Nous prendrons la décision qu’il faut pour choisir le vaccin ayant le plus de garanties. Il ne faut pas qu’on se précipite ou qu’on fasse le choix d’un vaccin d’une manière aléatoire. Pour prendre la décision, nous devons avoir des garanties à 100 % pour choisir le bon vaccin par respect à nos concitoyens », a déclaré le Premier ministre Abdelaziz Djerad, ce samedi 12 décembre 2020, en marge d’une conférence, à Alger, sur les manifestations du 11 décembre 1960.

Abderrahmane Benbouzid, ministre de la Santé, a précisé, vendredi 11 décembre, que l’Algérie fera l’acquisition des vaccins approuvés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Les laboratoires ayant développé le vaccin n’ont pas encore obtenu l’aval de l’OMS ou l’autorisation de le commercialiser. En Algérie, le vaccin ne sera pas obligatoire et sera disponible pour ceux qui veulent l’acquérir. Un plan a été élaboré à la faveur d’une stratégie nationale pour une opération de vaccination après son acquisition », a-t-il déclaré à la radio. Le personnel médical et les personnes vulnérables sont les premiers à être vaccinés.

« Nous devons cesser de propager les mensonges »

Abdelaziz Djerad a, par ailleurs, indiqué que l’Algérie est arrivée à maîtriser toutes les étapes relatives à la crise sanitaire de Covid 19 «en dépit de ce qui se dit ». « Plusieurs décisions que nous avons prises ont été appliquées dans les pays voisins et les pays européens. Faites une comparaison entre l’Algérie et les autres pays. Nous devons nous faire confiance. Nous devons cesser de propager les mensonges et les rumeurs. Le plus important est qu’on se solidarise tous pour sortir de cette crise », a-t-il plaidé. 

Article précédentUne année après le 12/12: la relance économique plombée par la COVID (Partie II)
Article suivantUne année après le 12/12: Communication défaillante et hostilité à l’égard des médias indépendants (Partie III)

1 commentaire

Laisser un commentaire