« Djamila au temps du Hirak » primé aux 14ème Journées du court métrage d’Annaba

0
Google Actualites 24H Algerie

Les 14 Journées du court métrage d’Annaba ont été clôturées dimanche 19 décembre au soir avec l’annonce des prix des meilleurs films.
Ces journées se sont déroulées à la Maison de la Culture Mohamed Boudiaf les 18 et 19 décembre 2021, raccourcies, selon les organisateurs, pour des considérations budgétaires.


Les journées sont organisées par l’Association Lumière de la Méditerranée (ضوء المتوسط) en coordination avec la maison de la culture Mohamed Boudiaf et la  Direction de la culture d’Annaba.
Une cinquataine de films ont participé dans les trois catégories retenues pour la compétition : spots publicitaires, clip musical et court métrage.


Le jury était composé des critiques et journalistes Djamel eddine Hazourli, Abdelkrim Kadri et Fayçal Métaoui.
Le prix du meilleur court métrage est revenu à « Djamila fi zamani el hirak » (Djamila en temps de hirak) d’Abderrahmane Harat.
Dans ce film, le jeune cinéaste a suivi une sans-abri d’Annaba lors des manifestations du hirak en 2019.
Le prix du meilleur clip a été attribué à « Hzin » (triste), une chanson de Black Oudini, filmée par Nizar Arfaoui dans la forêt verdoyante de Seraidi, sur les hauteurs d’Annaba.
Le prix du spot publicitaire a été décroché par le jeune Magoura Yacine Mehdi pour un message sur un centre de santé alternative à Annaba.


« Nous avons introduit le spot publicitaire pour encourager les jeunes passionnés par l’image et la réclame à s’intéresser à ce domaine où la créativité est nécessaire », a souligné Ahmed Hamel, président de l’Association Daw’a al moutawassit, responsable des Journées du court métrage d’Annaba.
Le jury a retenu une mention pour  « White night » (nuit blanche) d’Issam Tâachit, un jeune cinéaste de Batna. Un film d’animation sous la forme d’un petit conte d’hiver.


Dans ses observations, le jury a recommandé aux jeunes intéressés par le septième art d’ éviter d’imiter les films ou les cinéastes connus, de reproduire la violence gratuite à l’écran et d’écarter le discours direct dans le traitement des sujets.
Ahcene Tlilalni, directeur de la culture d’Annaba, a annoncé le retour prochain du Festival du film méditerranéen d’Annaba, à l’arrêt depuis trois ans. Il a promis la tenue de ce festival en 2022.

Article précédentCovid-19: 262 nouveaux cas et 4 décès en Algérie
Article suivantCoupe arabe : Tebboune reçoit l’équipe nationale de football

Laisser un commentaire