Qui est Farid Zinedine Bencheikh, le nouveau patron de la DGSN ?

0
Qui est Farid Zinedine Bencheikh, le nouveau patron de la DGSN
Qui est Farid Zinedine Bencheikh, le nouveau patron de la DGSN

Le Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Khelifa Ounissi, a été limogé ce mardi 16 mars 2021, annonce le ministère de l’Intérieur dans un communiqué. Farid Zinedine Bencheikh le remplace à la tête de la police algérienne.

Khelifa Ounissi a été nommé à la tête de la DGSN en aout 2019, en remplacement d’Abdelkader Kara Bouhadba, limogé par Abdelkader Bensalah, alors chef d’Etat par intérim. Il a occupé plusieurs postes de responsabilité au sein de ce corps constitué, notamment directeur général de la police des frontières.

Qui est Farid Zinedine Bencheikh ?

Farid Zinedine Bencheikh a notamment occupé le poste d’inspecteur régional de la région Centre de la Sûreté nationale depuis septembre 2019. Il a aussi été chef de le sûreté de le wilaya de Jijel à partir de 2011 et Commissaire divisionnaire auparavant.

Le nouveau patron de la police algérienne se distingue notamment par son parcours académique. Il est chercheur en matière de psychologie criminelle et en criminologie, dans le domaine de la lutte anti-terroriste. Selon les éditions L’Harmattan, c’est également un ex-praticien dans les prisons françaises.

Farid Zinedine Bencheikh a également été conseiller au ministère de l’Intérieur en matière de lutte contre la criminalité, professeur à l’Université de droit d’Alger et expert auprès de l’ONUDC (Office des Nations unies contre les drogues et le crime) à Vienne (Autriche).

Il est l’auteur du livre « LA SYMBOLIQUE DE L’ACTE CRIMINEL: Une approche psychanalytique » paru en 1998 aux éditions L’Harmattan.

Selon la même maison d’édition, il est aussi titulaire de deux DEA, en psychanalyse et philosophie du droit, et d’un doctorat en criminologie. Il est rentré en Algérie début des années 90, pour travailler dans les départements chargés de la lutte antiterroriste et en même temps enseigner à l’Université de droit et les institut spécialisés.

Article précédentEnvironnement: l’Algérie consomme 7 milliards de sacs en plastique par an
Article suivantEmbouteillages à Alger, les accès à la capitale obstrués

Laisser un commentaire