Dévaluation du dinar par rapport au dollar: le début d’un ajustement douloureux ?

0
Banques: le taux des réserves obligatoires réduit à 2% à compter du 15 février (Banque d'Algérie)
Archives

L’ajustement structurel, jugé inévitable par des économistes Algériens a-t-il commencé avec l’irrésistible perte de la valeur du dinar par rapport au dollar révélée par une note budgétaire soumise à la commission des Finances de l’APN? Celle-ci a été présentée de manière inattendue et jugée « anormale » à la commission des finances de l’APN dans le sillage du projet de loi de finances au nom du gouvernement par la ministre déléguée des relations avec le parlement à la place du ministre des Finances. Une absence anormale qui suscite des interrogations d’autant que la réglementation voudrait que le PLF soit présenté par l’Argentier du pays.

Présenté donc, le 19 octobre, à la commission des finances et du budget de l’Assemblée nationale, le document révèle une importante chute de la valeur du dinar face au dollar. La Banque d’Algérie évalue ce 20 octobre le dollar américain à 128,9 da.

Selon le ministère des finances, le dollar américain coûtera 142,20 DA en 2021, 149,31 en 2022 et 156,78 Da en 2023. La valeur de la monnaie nationale connaitra ainsi une chute vertigineuse les trois prochaines années. Ce qui fait dire à certains qu’il s’agit plutôt d’une dévaluation projetée sur les années à venir plutôt qu’une dépréciation qui s’étale généralement sur un temps beaucoup plus long. La perte de valeur du dinar se répercutera aussi sur le taux de change du dinar face à la monnaie européenne.

Pour certains économistes, l’Algérie vit « au-au-dessus » de ses moyens et avec la chute drastique des revenus pétroliers, des mesures douloureuses sont inévitables. Outre la question des subventions, ces économistes estiment que la dévaluation du dinar fait partie des remèdes durs à administrer à l’économie algérienne. Cela se traduira inévitablement par une perte de pouvoir d’achat.

Pour rappel, les réserves de change du pays sont entrain de diminuer sensiblement. Le projet de loi de finances 2021 prévoit une baisse des réserves de change à moins de 47 MDS de dollars en 2021. Une baisse qui se justifie, selon les rédacteurs du PLF, par la pandémie du Covid-19 qui a influé les cours du pétrole et réduit les recettes du pays.

Article précédentLevée de l’immunité parlementaire de Mohcine Belabbes, Abdelkader Ouali renonce à la sienne
Article suivantSouha et Silia, deux sœurs, une passion et une marque : «Aures Handmade»

Laisser un commentaire