Décès de l’ancien ministre Moussa Benhamadi

1
Tribunal de Sidi M'hamed: nouveau report du procès du défunt Moussa Benhamadi
Archives

L’ancien ministre Moussa Benhamadi, est décédé dans la nuit du vendredi au samedi, au CHU Mustapha Bacha, apprend-on ce matin. Plusieurs médias indiquent que le défunt était atteint du Covid-19 et n’a pas survécu aux complications de la maladie. L’information de son décès avait circulé durant la nuit sur les réseaux sociaux avant qu’elle ne soit confirmée par la famille.

La page Facebook du groupe Condor, propriété de la famille Benhamadi, affiche également le noir en signe de deuils sans autre indication.

Né en 1953 à Ras El Oued, Moussa Benhamadi était ingénieur en informatiques et chercheur en systèmes d’information et réseau. Il a été le premier dirigeant du Cerist (Centre de recherche sur l’information scientifique et technique (CERIST), fondé en 1985. Le Cerist est la structure qui a joué en 1993 le rôle de premier fournisseur d’accès internet dans le pays, les anciens se souviennent du numéro 15/15 qui permettait, dans «l’antiquité» d’accéder à l’internet en Algérie.

Moussa Benhamadi entre en politique sous la bannière du FLN en 2002 et devient député de Bordj-Bou-Arreridj, sa région d’origine où des membres de sa famille, depuis longtemps dans les affaires, vont être des acteurs de premier plan dans l’activité de montage électronique qui s’y développe. Ses frères, menés par Abderrahmane Benhamadi, (qui sont actuellement en prison) vont développer, à partir des années 2000, le groupe Condor, longtemps présenté comme un success story à l’Algérienne.

Moussa Benhamadi, lui, poursuit sa carrière dans le secteur public. Il est PDG d’Algérie Télecom entre 2008 et 2019 avant d’être désigné ministre de la poste et des technologies de l’information et de la communication entre 2010 et 2012. Moussa Benhamadi a été placé en mandat de dépôt en septembre 2019 à la prison d’El Harrach. Ses trois frères, avaient été incarcérés en août 2019, dans le cadre de la campagne anti-corruption lancée par le régime à la suite de la secousse provoquée par le Hirak. Moussa Benhamadi avait été entendu pour la même affaire et sera, incarcéré, après une procédure au niveau de la cour suprême. Poursuivi pour notamment blanchiment, financement occulte des partis politiques…

La mort de Moussa Benhamadi en prison, sous l’effet du Covid-19, ne manquera pas de soulever des questions sur la situation sanitaire au sein des établissements pénitentiaires.

.

.

Article précédentAmmar Allalouche, un militant infatigable de l’art moderne et de l’art dans la Cité
Article suivantLe plan de relance de l’UE bloqué par les Etats « frugaux »

1 commentaire

Laisser un commentaire