Crise en Tunisie: Kais Saied appelle Tebboune, le MSP dénonce « un coup d’Etat »

0
Tunisie : le Président Saïed prolonge le gel des pouvoirs du Parlement

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a reçu, ce lundi 26 juillet, un appel téléphonique de son homologue tunisien, Kais Saied, quelques heures après une série de mesures prises à Tunis dont le gel des travaux du Parlement et le limogeage du Premier ministre Hicham Mechichi.


Selon un communiqué de la Présidence de la République, les deux chefs d’Etats ont évoqué  les développements de la situation en Tunisie. « Les deux présidents ont abordé également les perspectives des relations algéro-tunisiennes et les voies et moyens de leur consolidation », est-il précisé.


En Algérie, l’accélération des événements politiques est suivie de près. Le débat fait rage sur les réseaux sociaux. Alger n’a fait encore aucun commentaire sur l’évolution politique en Tunisie.


Le MSP demande au peuple tunisien de s’attacher aux institutions légitimes


Les partis islamistes, par contre, ont vite réagi. Le MSP, dans un communiqué signé par Abderrazak Makri, a qualifié les décisions de Kais Saied de « coup d’Etat », de « violation de la Constitution » et d’acte visant à faire échouer « le processus démocratique » dans le pays.


« Ce renversement est à l’image de ce qui s’est passé dans la région arabe, parrainé par des régimes arabes connus, et qui a provoqué le chaos et davantage de sous-développement, d’effondrement économique et de déchirements sociaux », est-il relevé.


Le MSP a appelé le peuple tunisien « à s’attacher aux institutions légitimes », « à refuser le coup d’Etat » et « à chercher les solutions par le dialogue et le consensus » afin de « dépasser les blocages existant ou voulus ».


« Nous renouvelons à nos frères tunisiens notre ferme soutien pour eux, leur démocratie, la souveraineté de leurs institutions étatiques, la stabilité de leur sécurité, et le rejet de toute ingérence dans leurs affaires intérieures », a déclaré, pour sa part, Abdelkader Bengrina, président du mouvement El Bina.


« Nous conseillons à nos frères de Tunisie de privilégier l’intérêt suprême du pays en se tournant vers le dialogue et en unissant les rangs », a-t-il ajouté.


Sur les réseaux sociaux, le débat fait rage entre ceux qui soutiennent la démarche du président tunisien et ceux qui estiment que Kais Saied a eu recours à un « coup d’Etat » constitutionnel.

Les principales décisions prises par le président tunisien Kais Saied:


– Gel de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) pour 30 jours renouvelables, interdiction d’accès à son siège et levée de l’immunité de tous les députés.


– Limogeage du Premier ministre Hicham Mechichi, du ministre de la Défense Brahim Bertegi , de la ministre de la Fonction publique, ministre de la justice par intérim et porte-parole du gouvernement Hasna Ben Slimane.


– Présidence du parquet par le chef de l’Etat pour ouvrir les dossiers de corruption et de détournement des deniers publics dont certains concernent des députés.


– Prise du pouvoir exécutif avec désignation d’un chef du gouvernement qui travaillera avec le président de la République.
– Instauration d’un couvre-feu de 19 h à 6 h du matin du lundi 26 juillet au vendredi 27 août 2021.

Article précédent35 wilayas sous couvre-feu: suspension des prières collectives de Al Maghrib, Al Icha et Al Fajr
Article suivantMostra de Venise 2021: L’espagnol Pedro Almodóvar en ouverture le 1 septembre

Laisser un commentaire