Covid 19 : Décès d’une infirmière enceinte de sept mois à Khenchela

0
Hopital
Hopital

Alia Chems Nour El Houda, une aide-soignante du service maternité de l’hôpital Maamar Sâadi de Chechar, dans la wilaya de Khenchela, est décédée dimanche 2 août 2020, après des complications liées à la Covid 19. Agée de 28 ans, elle était enceinte de sept mois. Elle est décédée, d’après des sources médicales, à l’hôpital Belgacem Salhi, à Khenchela, après une césarienne. Dans un premier temps, le personnel de l’hôpital aurait refusé l’accès de la malade en raison de sa contamination au Covid 19.

Il a fallu beaucoup de temps pour sa famille et pour le personnel soignant la soutenant pour trouver une solution à son cas. A son arrivée, l’infirmière était déjà dans un état compliqué. Selon les mêmes sources médicale, le directeur de l’Etablissement public hôspitalier de Chechar Ali Bensedik a refusé d’accorder un congé exceptionnel demandé par l’infirmière le 19 juillet 2020.

Dans un document daté du 21 juillet, le directeur précise que le congé exceptionnel n’est accordé qu’aux femmes enceintes au trosième trimestre en contact direct avec les cas suspects de Covid 19. « Par conséquent, vous n’êtes pas concernés à l’exception des personnels qui assurent la permance dans l’unité d’isolement », est-il souligné.

En Mai 2020, Wafa Boudissa, médecin, est décédé enceinte à l’hôpital de Ras El Oued, à Bordj Bour Arreridj. Le directeur de l’hôpital lui a également refusé une demande de congé ce qui a suscité l’indignation du corps médical. Après enquête, le ministère de la Santé a mis fin aux fonctions de ce responsable.

Une note du ministère de la Santé non appliquée?

Le décret 20/69 du 21 mars 2020 relatif aux mesures de prévention et de lutte contre la propagation du Coronavirus, signé par le Premier ministre Abdelaziz Djerad, stipule dans son article 7 que « sont considérées comme prioritaires au titre du congé exceptionnel les femmes enceintes et les femmes élevant des enfants ainsi que les personnes atteintes de maladies chroniques et celles présentant des vulnérabilités médicales ».

Dans une correspondance datée du 3 juin 2020 et signée par le secrétaire général du ministère de la Santé, il a été rappelé qu’en raison de la situation épidémiologique actuelle, à laquelle sont confrontés le personnel de santé exerçant dans les établissements publics de santé, « il est nécessaire de vous rappeler qu’une attention particulière doit être accordée à la frange vulnérable de ces personnels prodiguant des soins et en contact permanent avec les patients, notamment les femmes enceintes au troisième trimestre et les personnes atteintes de maladies chroniques qui doivent être mises en congé exceptionnel. Une importance particulière doit être accordée à la stricte application de la présente note ». Alia Chems Nour El Houda a cité cette note dans sa demande de congé. Note que visiblement le directeur de l’hôpital Maamar Sâadi de Chechar a décidé de ne pas appliquer.

Article précédentPlus de 18 millions de personnes contaminées par le coronavirus
Article suivant«MEDDWAK», une plateforme d’échange de médicaments lancée par une étudiante

Laisser un commentaire