Covid-19: seuls 10% de la population sont vaccinés en Algérie

8
Covid-19: seuls 10% de la population sont vaccinés en Algérie

Pas plus de 10% de la population ont été vaccinés à ce jour. Un chiffre dévoilé le 8 juillet par le directeur de l’institut Pasteur d’Algérie (IPA), qui a souligné que l’objectif pour les autorités sanitaires est de parvenir à 80% de vaccinés. Un retard important de la vaccination est constaté alors que l’on enregistre un pic de contagion dans dix wilayas.

Appelant les citoyens à l’impératif de se faire vacciner, d’autant que les vaccins sont disponibles actuellement, le même responsable a estimé que « le taux atteint par cette opération, à savoir 10% seulement, ne permet pas d’endiguer la propagation du variant Delta, d’où l’impératif d’inciter les citoyens à atteindre un taux de 80% à même de permettre de briser la chaîne de contamination et de faire face aux autres vagues ».

Le Directeur général de l’IPA, Dr Fawzi Derrar, a affirmé à Alger que l’élargissement de la campagne de vaccination contre la Covid-19 à 80% de la population constitue « le seule moyen » de prévention contre la propagation du variant « Delta », actuellement le plus répandu et le plus dangereux dans le monde.

« La vaccination reste le seule moyen efficace contre le virus et les variants, notamment « Delta », devenu une menace pour la population en raison de sa vitesse de propagation, où une seule personne atteinte du variant peut contaminer 8 personnes, contrairement aux autres variants », a fait savoir Dr Derrar lors d’un point de presse animé par le ministre de la Santé en compagnie de cadres de son département.


Il a tenu à rassurer les citoyens quant à « l’efficacité des vaccins contre le virus et ses variants notamment ceux qui devront apparaître dans le futur ». De son côté, le ministre de la Santé, Pr Abderrahmane Benbouzid a présenté le nouveau plan stratégique de communication de la campagne de vaccination qui vise, en premier lieu, à inciter les citoyens à se faire vacciner afin de briser la chaîne de contamination à travers le recours aux différents médias et l’organisation de conférences et de tables rondes par des spécialistes et des personnalités influentes dans la société.

Il s’agit également du lancement de caravanes mobiles vers les zones enclavées et l’élargissement du nombre des espaces publics, des centres commerciaux, des mosquées, des institutions et des cliniques relevant du secteur privé dédiées à cette opération, qualifiée de « très importante ». Cette nouvelle stratégie, poursuit Pr. Benbouzid, vise à cibler au moins un million de personnes par mois, afin d’endiguer la propagation du virus et de ses nouveaux variants, soulignant que « le respect des gestes barrières, notamment le lavage des mains plusieurs fois par jour, le port des masques ».

Le ministre a en outre rappelé « la simplification de l’opération de vaccination en rapprochant la santé des citoyens et qu’il n’y a pas lieu d’avoir peur des effets secondaires des vaccins » qui, selon le Centre national de la veille pharmaceutique, sont « très légers, à l’instar d’autres types de vaccins ».

De son côté, la directrice générale de la pharmacie et des équipements médicaux, Pr. Ouahiba Hadjoudj a évoqué les différents types de vaccins acquis par l’Algérie ainsi que ceux qu’elle va acquérir à l’avenir (Pfizer, Johnson And Johnson, et Moderna) qui sont homologués par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) », faisant état de la réception d’un nombre « important » de ces vaccins durant le mois de juillet en cours et d’aout prochain.

Pour sa part, le directeur général des structures sanitaires au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a mis en avant la mobilisation du ministère pour la mise à disposition d’un grand nombre de lits d’hospitalisation et de réanimation, notamment dans la wilaya d’Alger soumise actuellement à une forte pression.

Il a également souligné le pic des cas de contagion durant les dernières semaines dans dix wilayas, ainsi que la disposition du ministère à faire face à cette situation sur le territoire national, en adressant des instructions aux directeurs de la santé et aux gestionnaires des hôpitaux à l’effet de tirer profit des deux expériences précédentes de février et de juillet 2021.

Article précédentPétrole: le Brent en hausse à 74,8 dollars
Article suivantCoronavirus: 831 nouveaux contaminés et 13 décès en Algérie

8 Commentaires

  1. Avec le nombre de doses livrées pour l’Algérie en divers vaccins – Sputnik V -Astral zeneka-Sinovac , on se demande comment on est arrivé à vacciner 10% de la population , soit 4,5 millions .
    Sachant que la promesse d’une usine du vaccin SPUTNIK V patine encore alors que la date prévue était Juin 2021., comment arriver à vacciner 80 % de la population ?
    Dans un centre de vaccination , pourtant ouvert à 8h , les citoyens se présentent pour se faire vacciner , on leur demande de s’inscrire et d’attendre 13 h pour se faire vacciner. Bien sûr que le centre se vide et on ne prête aucune confiance à cette opération .
    L’explication donnée par le médecin du centre , c’est de connaître d’abord le nombre d’inscrits afin de ramener le même nombre de doses. Malheureusement, vers 13 h la majorite de ceux qui se sont inscrits ne sont pas revenus et les doses vont devoir rejoindre la poubelle .
    Pourquoi ne pas vacciner à partir de 8h au fur et à mesure que les citoyens arrivent .
    Entre le discours officiel et la réalité il y a abîme abyssal.

Laisser un commentaire