Le Congrès de la Soummam, c’était le 20 Août 1956

0
Le Congrès de la Soummam, c’était le 20 Août 1956

Ombres et lumières d’une série où les acteurs sont sur les trottoirs d’une comédie noire où chacun badigeonne ses turpitudes dans un embrouillamini de mots, de déclarations, de lettre de contrition et autres fioritures dont personne n’est dupe .

Il y a urgence à la déchirure du ciel pour atteindre un horizon salutaire ou une butée pour se retrouver .

Un mort pour avoir voulu manifester à quelques pas de la Casa Mouradia, il s’appelait Hassan Benkhedda et il est décédé le 1er mars 2019.

A ce jour 187 détenus d’opinion sont emprisonnés pour avoir marcher pacifiquement.

Dans les incendies en Kabylie, durant cet été funeste, sont morts 65 citoyens dont 37 civils et 28 militaires .

Le 11 Août 2021 c’est Djamel Bensmail, accusé à tort d’être un pyromane qui a été lynché à mort par une foule en colère.

Un système sclérosé qui n’a pu trouver une solution pour se régénérer autre que la reproduction du passé. Une fin de règne qui a mis à nu la réalité du pouvoir en Algérie et qui à son insu a réussi à revivifier le lien national : Kassamen a résonné comme un glas. Des solidarités se sont tissées entre les régions, entre la Diaspora et le pays qui aujourd’hui tentent de palier à la faillite d’un Etat au bord du précipice.

Nous ne sommes pas sortis du Congrès de la Soummam où on voulait la séparation du politique et du militaire. C’était le 20 août 1956.

Aujourd’hui l’armée ne veut plus de confrontation avec le peuple et c’est heureux , mais elle veut perpétuer un système à bout de souffle.

Messieurs aujourd’hui finalisons le congrès de la Soummam !

Restez dans l’histoire pour cette sagesse et nous vous en remercierons.

Soyez notre armée mais pas notre bourreau ! Soyez glorieux, rendez au peuple ce qui appartient au peuple.

Article précédentCoronavirus: 553 nouveaux cas et 28 décès en Algérie
Article suivantLe gendarme déserteur Mohamed Abdallah sur le point d’être extradé

Laisser un commentaire