La chanteuse Sihem « Japonia » condamnée à 18 mois de prison ferme

0
La chanteuse Sihem
La chanteuse Sihem "Japonia" condamnée à 18 mois de prison ferme
Google Actualites 24H Algerie

La chanteuse Siham Khedim, plus connue sous le nom « Siham Japonia », a été condamnée par le tribunal d’Oran à 18 mois de prison ferme assortie d’une amende de 120 000 Da, pour « insulte à un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions », « outrage à corps constitué » et « diffamation et prise d’images sans une autorisation préalable ».

La chanteuse a fait l’objet d’une plainte de la Direction du CHU d’Oran pour avoir filmé le service des urgences, où elle a « agressé et insulté le personnel médical », selon le communiqué du Procureur près le même tribunal. La vidéo, qui la montre en train de marcher dans les couloirs de la structure hospitalière, accusant les médecins de négligence et de népotisme, a été diffusée sur les réseaux sociaux et a été largement relayée par les internautes.

Présentée en comparution immédiate, elle a été placée en détention provisoire mardi soir.

« Il a été révélé au cours de l’enquête sur ces faits, que la prévenue a répété des expressions honteuses au personnels médicaux et aux services administratifs de l’hôpital. Elle a mentionné également des expressions portant atteintes aux symboles de la guerre de libération nationale, liés notamment aux crânes des révolutionnaires récemment récupérés », avait fait savoir le communiqué du Procureur.

Celui-ci a requis 5 ans de prison ferme pour « insulte à un fonctionnaire durant l’exercice de ses fonctions », « insulte à un corps constitué », « diffamation et prise d’ images et leur publication sans autorisation de la personne concernée et atteinte aux symboles de la guerre de la libération nationale, conformément à l’article 151 du Code pénal et aux articles de loi 99/07 sur le moudjahid et au martyr ».



Article précédentProlongement de 10 jours du confinement partiel dans les 29 wilayas concernées
Article suivantA Béjaïa, des travailleurs de Numilog poursuivent leur protestation pour la création d’un syndicat

Laisser un commentaire