Casbah d’Alger: les dossiers de réhabilitation de 32 sites historiques du secteur sauvegardé à l’étude

2
Restauration de la Casbah d'Alger: une nouvelle feuille de route pour rattraper le retard
Restauration de la Casbah d'Alger: une nouvelle feuille de route pour rattraper le retard

Les dossiers de réhabilitation et de restauration de 32 sites historiques et de vielles bâtisses dans le secteur sauvegardé de la Casbah d’Alger sont à l’étude, a annoncé lundi le conservateur du patrimoine culturel à l’Agence nationale des secteurs sauvegardés (ANSS).

Lors d’une Journée d’étude, organisée au Centre des arts et cultures du Palais des Rais (Alger) à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la Casbah (23 février), M. Bilal Irmouli a précisé que, dans le cadre des efforts de préservation et de sauvegarde de la mémoire, « l’Agence nationale des secteurs sauvegardés a entamé l’étude des dossiers de réhabilitation et de restauration de 32 sites historiques et de vielles bâtisses dans la Casbah d’Alger, dont Jamaa Sidi Benali, Jamaa Sidi M’hamed Cherif, Jamaa Sidi Abdallah.

LIRE AUSSI: Une nouvelle « feuille de route » pour la sauvegarde de la Casbah d’Alger

Passant en revue les textes juridiques régissant le classement de la Casbah d’Alger, l’intervenant a fait savoir que l’inscription de ce site  historique au patrimoine national, proposée en 1973, s’est concrétisée en  1991. Une année plus tard, en 1992, la Casbah d’Alger est inscrite au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO, a-t-il ajouté, rappelant la création du secteur sauvegardé en 2005, le lancement de travaux d’urgence en 2008 et l’adoption du Plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur des secteurs sauvegardés (PPSMVSS) en 2012.

Le conservateur du patrimoine culturel a, en outre, indiqué que l’Agence nationale des secteurs sauvegardés, qui est régie la loi 98-04 relative à la protection du patrimoine culturel, « veille à la mise en œuvre du PPSMVSS et à la préservation du caractère patrimonial du secteur sauvegardé et programme la mise en œuvre des opérations de conservation, de restauration et de valorisation prévues dans le PPSMVSS ».

Quant à l’exécution du PPSMVSS, M. Irmouli a affirmé que « suite à la nouveauté qui a touché le secteur sauvegardé, le plan permanent, considéré aujourd’hui comme outil de gestion du secteur, se substitue au plan d’occupation des sols (POS) ».

Après l’inscription de la vieille ville de Miliana, la liste des secteurs sauvegardés compte à présent 23 sites, a-t-il expliqué, précisant que l’élaboration du plan permanent passe, conformément au décret exécutif 03-324, par trois étapes. Le diagnostic, puis le projet des travaux urgents, d’analyses historique et méthodique de l’avant-projet, et enfin, la rédaction finale du plan.

LIRE AUSSI: La vieille ville de Miliana et la Kalâa des Beni Rached classés secteurs sauvegardés

Lors de cette journée d’étude, plusieurs communications ont été présentées au sujet de « la carte archéologique » par des chercheures du Centre national de recherche en archéologie (CNRA) et du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH).

Dans le cadre de la célébration de la Journée nationale de la Casbah, l’exposition de la céramique et de l’artisanat (ustensiles et habits traditionnels) propres à Alger, se poursuit jusqu’au 25 février courant au Bastion 23.

Article précédentLes nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie, selon Sabri Boukadoum
Article suivantDes vents forts souffleront sur plusieurs wilayas de l’est et du sud du pays

2 Commentaires

Laisser un commentaire