Début aujourd’hui de la campagne pour le référendum sur la Constitution

0
Début aujourd'hui de la campagne pour le référendum sur la Constitution
Début aujourd'hui de la campagne pour le référendum sur la Constitution
Google Actualites 24H Algerie

La campagne pour le référendum sur le projet de révision constitutionnelle débute ce mercredi 7 octobre avec le slogan : « Novembre 1954 : la libération. Novembre 2020 : le changement ». L’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) a précisé les conditions de la tenue de cette campagne, la première depuis 1996.

Le président Liamine Zeroual a organisé en 1996 un référendum sur une nouvelle constitution qui a, notamment, limité les mandats présidentiels à deux. Disposition amendée de nouveau par le président Abdelaziz Bouteflika en 2008, sans passer par le référendum, pour lui permettre de se présenter pour un troisième, puis un quatrième mandat présidentiel. Le projet qui sera soumis au référendum le dimanche 1 novembre 2020 réintroduit la limitation des mandats présidentiels à deux.

Selon l’ANIE, la campagne sera menée par les partis ayant un groupe au niveau des deux chambres du Parlement, ou de dix sièges au sein de l’APN et Conseil de la nations ou des sièges au sein des assemblées locales (APW et APC) dans 25 wilayas. Il s’agit principalement du FLN, du RND, du MPA, Front El Moustakbal et de TAJ. Le MSP a appelé à voter Non au référendum. Le RCD, le FFS et El Adala sont contre le projet de révision constitutionnelle. L’ANIE autorise les membres du gouvernement à participer à la campagne référendaire ainsi que les personnalités politiques et les associations. Des associations qui doivent avoir une présence nationale dans au moins 25 wilayas.

« Débat contradictoire »

L’expression directe à la télévision et à la radio a été programmée par l’ANIE en concertation avec l’ARAV (Autorité de régulation de l’audiovisuel). L’affichage et la distribution de dépliants sont autorisés autant que les publications sur support électronique. « L’expression directe est ouverte à ceux qui sont favorables et à ceux qui sont contre le projet de révision constitutionnelle. C’est cela le débat démocratique. Un débat contradictoire pacifique, dans le respect et dans lequel les intervenants doivent mettre l’intérêt de l’Algérie au-dessus tout. A la fin, c’est le peuple qui tranche », a déclaré Mohamed Charfi, président de l’ANIE, à la radio nationale.

« Les conditions du déroulement de la consultation populaire du 1er novembre seront les mêmes que celles dans lesquelles s’est déroulée l’élection présidentielle du 12 décembre 2019, marquée par la transparence et l’impartialité. Nous ferons tout notre possible pour le rétablissement de la confiance des citoyens envers les gouvernants, en renforçant les conditions d’organisation et de transparence du référendum », a-t-il ajouté.

Article précédentConstantine: des étudiants qui « fêtaient l’obtention de leurs diplôme » arrêtés par la police
Article suivantLa procédure d’enquête préliminaire contre Ihsane El Kadi « annulée »

Laisser un commentaire