Des bustes en bronze de Larbi Ben M’hidi, Maurice Audin et Krim Belkacem à Alger

1
Des bustes en bronze de Larbi Ben M'hidi, Maurice Audin et Krim Belkacem à Alger
Des bustes en bronze de Larbi Ben M'hidi, Maurice Audin et Krim Belkacem à Alger

Des bustes en bronze à l’effigie des chouhada Larbi Ben M’idi, Maurice Audin et Krim Belkacem seront installés à Alger le 18 mars, à l’occasion de la fête de la victoire, a indiqué le président de l’APC d’Alger centre, Abdelhakim Bettache.

L’installation de ces bustes se veut un hommage à ces « symboles et à leur parcours historique et révolutionnaire, en tant martyrs, politiciens et dirigeants administratifs », a-t-il déclaré, précisant que le buste du Chahid Lardi Ben M’hidi sera érigé à la Rue Larbi Ben M’hidi et ceux de Maurice Audin et de Krim Belkacem au niveau des deux places hyponymes.

D’une hauteur de 1,30 mètres, ces bustes seront scellés  sur des socles en marbre de 2,5 mètres sur lesquels seront apposés des plaques commémoratives en langues arabe, amazighe, française et anglaise, a fait savoir le directeur du renouveau et de l’aménagement du territoire à l’APC, Assef Benali.

LIRE AUSSI: Des intellectuels algériens disent « non » à une statue pour l’Emir Abdelkader en France

La réalisation de ces trois bustes, à 493 millions de centimes chacun, s’inscrit dans le cadre du programme d’action de l’APC d’Alger pour l’exercice 2020.

Ces bustes sont réalisés par le sculpteur et enseignant de l’art sculptural à l’Ecole des Beaux Arts  d’Alger, Rafik Khachaba, qui a été choisi au terme d’un appel d’offres national supervisé par une commission d’évaluation relevant de la commune et sur la base d’un cahier de charges.

Dans le cadre de la réalisation de ces bustes, la direction des Moudjahidine a été « informée » concernant le format et le profils historiques, ainsi que le Haut commissariat à l’amazighité (HCA) qui a supervisé le texte d’introduction d’accompagnement les plaques commémoratives en langue amazigh, a souligné M.Benali.

L’un des membres fondateurs du parti du Front de libération nationale, Larbi Ben M’hidi (1923-1957) s’est vu confié, pendant la Guerre de libération, le commandement de l’Oranie. A l’issue du congrès, il est élevé au grade de colonel, nommé au Comité de coordination et d’exécution et se voit confier la zone autonome d`Alger pour organiser les premières opérations contre l’occupant français avant son arrestation et son assassinat sous la torture.

De son côté, le jeune militant communiste et enseignant de mathématiques Maurice Audin (1932-1957) était connu pour sa grande croyance en la justesse de la cause algérienne et sa lutte pour la liberté des Algériens. Le 11 juin 1957, pendant la bataille d’Alger, Maurice Audin, 25 ans, est arrêté par les parachutistes du général Massu devant sa famille, avant d’être torturé. Le jeune assistant à la faculté d’Alger n’en est jamais revenu, et l’armée française a fait disparaître son corps

En 2018, le président français Emmanuel Macron avait reconnu publiquement et au nom de la République française, ce crime affirmant qu’Audin avait été torturé puis assassiné ou torturé jusqu’à la mort par l’armée française pendant la guerre de libération.

Quant à Krim Belkacem (1922-1970), l’un des dirigeants de la révolution et du FLN, il avait participé au congrès de la Soummam et dirigé la délégation du Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA) lors des négociations, qui ont abouti aux accords d’Evian en 1962.

La commune d’Alger Centre avait précédemment érigé en 2019 une statue complète du roi Massinissa au niveau du parc Tafourah et quatre autres statues au parc de Port-Saïd (commune de la Casbah) représentant les célèbres acteurs du théâtre algérien, à savoir Kelthoum, de son vrai nom Aicha Adjouri, Mohamed Boudia, Azzedine Medjoubi, et Abdelkader Alloula.

Article précédentLa CNMA ouvre son capital aux femmes rurales
Article suivantUne statue à l’effigie de Si Mohand Oulhadj inaugurée à Tizi

1 commentaire

Laisser un commentaire