Bouteflika a aidé l’Algérie à sortir de la décennie noire, selon Washington

0
Bouteflika a aidé l'Algérie à sortir de la décennie noire, selon Washington
Bouteflika a aidé l'Algérie à sortir de la décennie noire, selon Washington

Le département d’Etat des Etats-Unis a rendu un hommage à l’ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika, décédé vendredi 17 septembre 2021 à l’âge de 84 ans.


« Bouteflika a joué un rôle important dans l’histoire de l’Algérie en combattant dans l’Armée de libération nationale (ALN), en luttant pour l’indépendance de l’Algérie et en tant que ministre des Affaires étrangères », déclare le porte-parole du Département d’Etat, après l’inhumation du septième président de l’Algérie, dimanche 19 septembre 2021, au carré des Martyrs au cimetière d’El Alia, à l’est d’Alger, lors d’obsèques officielles.


« En tant que président, M. Bouteflika a aidé l’Algérie à sortir de sa décennie noire. Les États-Unis présentent leurs condoléances aux Algériens à l’occasion du décès de leur ancien président Abdelaziz Bouteflika », ajoute-t-il.


En 1999, Abdelaziz Bouteflika, qui se présentait comme « un homme de paix », lors de la campagne pour la présidentielle du premier mandat,  avait entamé son règne par la proclamation de « la grâce amnistiante » en juillet de la même année permettant un retour des membres des groupes armées qui renoncent à la violence.


En septembre 1999, la loi sur « La concorde civile », adoptée par référendum, avait évité à des anciens membres de l’AIS (Armée islamique du salut) des poursuites pénales non impliqués dans des crimes de sang ou d’attentats à l’explosif.


Bouteflika avait visité les Etats Unis, seize ans après Chadli

Lors de son second mandat, l’ex-président a organisé un second référendum sur « La Charte pour la paix et la réconciliation » en 2005 mettant fin à des années de violences en Algérie. Ce processus avait été qualifié d’incomplet par les organisations de défense des droits de l’homme évoquant l’absence de procès et de vérité.


En juillet 2001, Abdelaziz Bouteflika a effectué une visite officielle aux Etats Unis, seize ans après celle de Chadli Bendjedid (avril 1985) qui avait été reçu par Ronald Reagan à la Maison-Blanche. Après avoir rencontré le président George Bush, Bouteflika avait évoqué, face aux journalistes américains, la lutte contre le terrorisme qui devait se faire « par des moyens civilisés ».


Bouteflika a participé également aux sommets des pays les plus industrialisés, G8, au Japon, en Italie, au Canada et en France, souvent invité par Washington.


« Les États-Unis restent attachés à leur partenariat étroit avec l’Algérie et à l’approfondissement des relations entre les peuples américain et algérien », souligne le porte-parole du département d’Etat dans le message de condoléances.

Article précédentDécès de Abdelkader Bensalah, ancien président du conseil de la nation
Article suivantLe procès de Khaled Drareni programmé pour ce 23 septembre

Laisser un commentaire