Le feuilleton « Babor Ellouh » sur l’application Yara à partir de ce 29 avril

0
Le nouveau feuilleton

Le nouveau feuilleton « Babor Ellouh » (le bateau de bois) sera diffusé, à partir de ce jeudi 29 avril 2021, sur l’application algérienne Yara. Il sera ensuite proposé à une chaîne de télévision privée pour diffusion.


Réalisé par le tunisien Nasreddine Shili , celui qui a assuré la réalisation du drama à succès « Wlad el hlal » en 2019, « Babor Ellouh » est produit par Imed Hanouda (Wellcom advertising), d’après un scénario d’Abdelkader Djeriou et de Faten Chadli. Abdelkader Djeriou interprète le rôle de Hasni, un jeune tenté par le départ à l’étranger.

Dans la distribution de babor Ellouh, il y a Mohamed Khassani, Fadéla Hachemaoui, Souhila Mâalem, Yasmine Amari, Mustapha Laribi, Aziz Boukrouni, Numédia Lezoul, Samia Meziane, Ahmed Meddah et Nacer Soudani. Les 23 épisodes de « Bab El Louh » seront accessibles sur Yara contre le payement de 500 dinars.


« Les prix des spots publicitaires sont dérisoires »

« 500 n’est qu’un prix symbolique. C’est abordable pour une famille. Malheureusement, le marché audiovisuel n’est toujours pas organisé. Les prix des spots publicitaires sont dérisoires en Algérie. Il y a des spots cédés à 200 euros alors que dans les pays voisins les prix des spots peuvent atteindre les 25.000. On ne peut pas créer un réel marché de cette manière. La valeur de l’artiste aura un sens, le jour où la billetterie sera appliquée à tous les spectacles. C’est pour cela que nous avons opté pour l’application Yara aux fins de créer un écosystème », explique à 24H Algérie, Abdelkader Djeriou.


Yara marche sur les traces des plateformes telles que Netflix, Salto, Watch It et Chahed. « Les gens payent pour voir une série ou un feuilleton. En Algérie, il n’existe pas de chaînes de télévision payantes et les spots publicitaires sont à prix bas. C’est à l’Etat de veiller à créer les conditions de ce marché, pas aux artistes. Nous sommes obligés de passer par cette étape pour valoriser l’artiste. Ce n’est qu’après qu’on pourra parler du star system », dit-il soulignant qu’il s’agit d’un métier de compétition.


« Le public ne paye rien et nous exige de faire dans la qualité »

Abdelkader Djeriou, qui est également metteur en scène au théâtre, plaide pour la rupture avec la culture du « gratuit ». « Le public ne paye rien et nous exige de faire dans la qualité. On nous demande de produire une série comme « Casa de papel (Espagne). Un seul épisode de cette série vaut un million d’euros. Deux millions d’euros pour la série « Viking » (Canada). Nous ne pouvons créer ces budgets qu’à travers la billetterie ou un écosystème à travers une plateforme numérique. Nous nous préparons pour l’avenir », appuie-t-il.

Une saison 2 pour Babor Ellouh

Selon lui, une saison 2 de « Babor Ellouh » est prévue. Le tournage débutera après la fin du mois du Ramadhan. « Babor Ellouh aborde la thématique de la harga. Mais, El harga est juste un axe. Nous abordons aussi le sujet du racisme, du mariage des mineurs, du sentiment d’échec chez certains jeunes algériens », détaille Abdelkader Djeriou.

« Fel 90′« , un retour décalé sur les années 1990 en Algérie Pendant ce Ramadhan 2021, Abdelkader Djeriou est présent à l’écran en tant que la réalisateur du sitcom comique « Fel 90 », diffusé par Echourouk TV.

Un sitcom, qui revient sur l’Algérie des années 1990, avec Mohamed Khassani et Mustapha Laribi. Fadéla Hachemaoui y joue le rôle d’une gardienne de parking, inédite pour une comédienne qui pratique le théâtre depuis le milieu des années 1970.

Article précédentRevendications sociales: les réponses de Djerad
Article suivantCovid-19: nouveau record de décès en Inde, Moderna accélère sa production de vaccins

Laisser un commentaire