Assassinat d’Ali Tounsi: Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité

0
Assassinat de Ali Tounsi: Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité
Assassinat de Ali Tounsi: Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité
Formation en marketing digital - Mojo CreaLab

Le Tribunal correctionnel près la Cour d’Alger a condamné, vendredi 05 mars, Chouaïb Oultache, accusé de l’assassinat de l’ancien Directeur général de la Sûreté nationale Ali Tounsi, à la prison à perpétuité.

Le verdict est tombé suite aux délibérations au cours desquelles le procureur général a requis la peine capitale contre l’accusé.

L’ex-chef de l’unité aérienne de la DGSN était poursuivi pour « homicide volontaire avec préméditation, tentative de meurtre et possession d’arme à feu de 4e catégorie sans autorisation », dans l’affaire de Ali Tounsi, assassiné le 25 février 2010 dans son bureau, au siège de la DGSN.

Le tribunal criminel près la Cour d’Alger avait prononcé, le 27 février 2017, la peine capitale contre Chouaïb Oultache pour les faits qui lui sont reprochés. 

Chouaïb Oultache nie les faits qui lui sont reprochés

La présidente avait refusé, jeudi, la demande de la défense de Chouaïb Oultache d’un « réexamen des preuves et de la pièce à conviction ». Elle a affirmé que « l’expertise réalisée n’a pas à être remise en cause ».

La défense a demandé le réexamen de l’expertise judiciaire et des procès-verbaux de constat dans cette affaire, notamment l’arme du crime.

Dans sa plaidoirie, l’un des avocats a argué que les étuis de balles présentés en tant que preuves lors de l’audience « ne sont pas à Oultache », ce à quoi la présidente a rétorqué « je ne remets pas en cause l’expertise faite et il est inconcevable de tester l’arme du crime dans la salle ». 

Par ailleurs, le procureur général s’est contenté d’interroger l’accusé sur les faits et les déclarations faites lors de l’enquête et le procès de reconstitution du crime.

Chouaïb Oultache avait nié en bloc les faits qui lui sont reprochés, affirmant qu’il lui était impossible de préméditer le meurtre de son ami et frère, en l’occurrence Ali Tounsi . « Il n’y avait entre nous aucun différend qui m’aurait amener à commettre un crime pour un marché », a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : « je n’avais aucune intention de tuer Ali Tounsi et tout s’est passé très vite. Je n’avais sorti mon arme qu’après avoir eu la certitude qu’il (Ali Tounsi) allait m’attaquer avec un coupe-papier. Je l’avais d’abord averti en tirant en l’air, mais comme il ne s’est pas arrêté j’ai dû tirer quatre autres balles sur sa main et non pas sur sa tête comme ça été rapporté ».               

LIRE AUSSI: Assassinat d’Ali Tounsi : Anis Rahmani cité comme témoin

Article précédentCoronavirus: 187 nouveaux testés positifs et 5 décès en Algérie
Article suivantLe Pape François en « pèlerin de paix » en Irak

Laisser un commentaire