L’argent informel représente 34% de la masse monétaire globale en Algérie

1
L'argent informel représente 34% de la masse monétaire globale en Algérie
L'argent informel représente 34% de la masse monétaire globale en Algérie

L’argent informel, c’est-à-dire la masse monétaire hors du circuit bancaire, a augmenté en 2020, selon la Banque d’Algérie. Dans un communiqué diffusé dimanche 28 février 2021, cette institution a fait savoir que la liquidité bancaire a, quant à elle, enregistré un recul durant l’année écoulée en raison de la crise sanitaire.

« La circulation fiduciaire hors banques a augmenté de 12,93 %, passant de 5.437,6 milliards de dinars à fin 2019 à 6 140,7 milliards de dinars à fin 2020 », fait savoir la Banque d’Algérie. Cette masse monétaire, en dehors du circuit bancaire, représente 34,73% de la masse monétaire (M2) totale, à fin 2020. En 2019, elle représentait 32,94 % de la M2.

La situation monétaire à fin 2020 indique une reprise de l’expansion de la masse monétaire au sens large (M2). La Banque d’Algérie, qui rappelle qu’un recul de 0,78 % a été enregistré à la fin 2019, fait savoir que la masse monétaire a significativement augmenté pour atteindre 7,12 % à fin 2020.

Cette masse culmine ainsi à 17.682,7 milliards de dinars contre 16.506,6 milliards de dinars à fin 2019. « Hors dépôts des hydrocarbures, elle a augmenté de 9,05 % contre 6,03 % à fin décembre 2019 », indique-t-on encore.

En 2020, les dépôts à vue ont également diminué, de 3,22 %. Une baisse moins importante que celle enregistrée à fin 2019
(-19 %). Ces dépôts sont ainsi passés de 4 351,2 milliards de dinars à fin 2019 à 4 211,0 milliards de dinars à fin 2020. En revanche, les dépôts à terme ont enregistré une croissance positive de 3,98 % pour l’année 2020 contre une hausse de 5,71 % une année auparavant.

Le secteur public recule

C’est le secteur public qui est à l’origine de ces baisses, selon le communiqué de la BA. Les dépôts à vue collectés auprès de ce secteur ont baissé de 17,80% à la fin 2020. Les dépôts collectés auprès des entreprises et ménages ont plutôt augmentés en 2020, de 10,62% et 9,01% respectivement.

Idem pour les dépôts à terme collectés. C’est le secteur public qui a enregistré une baisse de 7,86 % de ses dépôts. Ceux collectés auprès des entreprises privées et des ménages ont aussi augmenté, d’une hausse de 30,53 % et 2,70% respectivement.

Les crédits accordés par les banques en 2020 ont également augmenté, et pas que pour les entreprises publiques. Les entreprise privées et les ménages se sont également vus octroyer plus de crédits qu’en 2019. Les crédits ont augmenté respectivement de 2,57 %, 3,45 % et 4,15 %.

Les liquidités en baisse

Le même communiqué rajoute que la liquidité globale des banques a baissé au cours des 9 premiers mois de 2020, passant
de 1 100,8 milliards de dinars à fin 2019 à 461,8 milliards de dinars à fin septembre 2020. Une baisse relative au déficit courant de la balance des paiements et aux impacts économiques de la pandémie Covid-19, explique la Banque d’Algérie.

Cette liquidité a commencé à s’améliorer au cours du dernier trimestre de 2020, « sous l’effet des mesures de politiques monétaires décidées par la Banque d’Algérie en matière de baisse du taux des réserves obligatoires, de l’augmentations des seuils de refinancement des titres publics négociables, de l’allongement de la durée du refinancement de 7 jours à un (1) mois et de la
satisfaction totale des demandes de refinancement des banques ».

« Ainsi, la liquidité bancaire a atteint 632,3 milliards de dinars à fin 2020 », fait savoir la même source.

Article précédentNuit d’émeutes à Ouargla après la condamnation de Ameur Guerrache
Article suivantVaccination covid-19: lancement de la plateforme électronique d’inscriptions

1 commentaire

Laisser un commentaire