L’Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains

0
L'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains

L’Algérie a décidé de fermer, à partir de ce mercredi 22 septembre 2021 son espace aérien devant tous les avions marocains.
La décision a été prise lors d’une réunion à Alger du Conseil Suprême de Sécurité (CSS) présidée par le président Abdelmadjid Tebboune.
« La réunion a été consacrée à l’examen de l’évolution des frontières avec le Royaume du Maroc, au vu de la poursuite des provocations et des pratiques hostiles du côté marocain, où le Conseil a décidé de fermer immédiatement l’espace aérien algérien à tous les aéronefs civils et militaires marocains, ainsi qu’à ceux portant un numéro d’immatriculation marocain, à compter d’aujourd’hui », est-il précisé dans un communiqué publié par la Présidence de la République.


L’Algérie, pour rappel, a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc le 24 août 2021. Le mouvement des avions entre les deux pays s’est arrêté depuis. Air Algérie et Royal Air Maroc assuraient des liaisons presque quotidiennes entre les deux pays, principalement entre Alger, Oran et Casablanca.


Avec cette décision, les avions de Royal Air Maroc doivent contourner l’Algérie pour se rendre en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique, passant notamment au-dessus de la Méditerranée ou du Sahel.
Les voyageurs algériens en direction vers le Canada, les Etats Unis ou l’Amérique du Sud faisaient souvent escale à Casablanca avant de continuer le voyage vers la destination finale.
Le CSS n’a pas précisé la nature des provocations du Royaume du Maroc. Les frontières terrestres entre les deux pays voisins sont fermées depuis 1994.


« L’Algérie a été extraordinairement patiente » avec le Maroc


Mardi 21 septembre, Ramtane Lamamra, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté algérienne à l’étranger a, dans une interview à la chaîne américaine CNN, déclaré que la rupture des relations avec le Maroc était une décision que l’Algérie devait prendre.
« L’Algérie a été extraordinairement patiente face à tous les actes que le Maroc a commis contre sa souveraineté et son unité. C’est pour cela que nous pensons qu’une telle décision a envoyé le message approprié au gouvernement du Maroc pour lui signifier que nous ne pouvions nous permettre d’accepter davantage le comportement de ce pays voisin », a-t-il déclaré lors d’une interview faite en anglais.
La rupture des relations diplomatiques était, selon lui, une manière civilisée de mettre un terme à une situation qui ne pouvait durer davantage « sans causer de dommages et qui risquait de mener les deux pays vers une voie non souhaitable ».

Article précédentProcès du général à la retraite Ali Ghediri: le procureur requiert 7 ans de prison ferme
Article suivantLe général à la retraite Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme

Laisser un commentaire