Alger prêt à accueillir une rencontre de réconciliation inter-libyenne

0
Alger prêt à accueillir une rencontre de réconciliation inter-libyenne
Alger prêt à accueillir une rencontre de réconciliation inter-libyenne

L’Algérie entend jouer un rôle plus important dans la résolution de la crise libyenne. Appel est lancé de nouveau pour une rencontre inter libyenne à Alger.

Les vice-présidents du Conseil présidentiel libyen, Moussa Al-Koni et Abdullah Al-Lafi, étaient en visite à Alger, mercredi 9 juin 2021. Ils ont été reçus par le président Abdelmadjid Tebboune au Palais d’El Mouradia.

Le président Tebboune a réitéré, selon un communiqué de la Présidence de la République,  la disposition de l’Algérie à abriter les rencontres de réconciliation nationale, « en réponse aux demandes des frères libyens ».

Il a également parlé du soutien « sans limite » de l’Algérie aux frères libyens pour « la reconstruction de l’Etat libyen à même de préserver sa souveraineté et son unité ». Abdullah Al-Lafi a salué le soutien de l’Algérie à la stabilité de la Libye et son refus des « solutions militaires » à la crise.

Soutenir « le dialogue politique »

« Nous voulons un État civil et souverain en Libye. Nous voulons de l’Algérie le soutien de l’Algérie et son aide pour régler les problèmes et appuyer le processus de paix et le dialogue politique surtout lors de la prochaine période », a déclaré à Alger Abdullah Al-Lafi.

La visite à Alger de Moussa Al-Koni et Abdullah Al-Lafi suit de quelques jours celle d’Abdelhamid Dbeibah,  chef du gouvernement d’unité nationale libyen, la première depuis sa désignation après la réunion de Genève, à la faveur d’un processus chapeauté par l’ONU.

Abdelhamid Dbeibah a été également reçu par le président Abdelmadjid Tebboune. L’entretien a porté, entre autres, sur la coordination sécuritaire, la lutte contre la criminalité transfrontalière, la protection des frontières communes,et l’augmentation des échanges commerciaux, à travers l’ouverture de l’espace aérien.

« Tripoli, ligne rouge »

Najla Al-Mangoush, ministre des Affaires étrangères libyenne, qui accompagnait Abdelhamid Dbeibah  à Alger, a salué le rôle constant de l’Algérie et « ses efforts inlassables pour préserver la souveraineté libyenne, son intégrité territoriale et son indépendance en sus de sa solidarité pleine pour réaliser la réconciliation nationale ».

Alger estime que le parachèvement du processus de règlement politique en Libye est la seule voie « à même de garantir la souveraineté de l’Etat libyen et de son unité territoriale ».

« Nous ne voulions pas que la première capitale maghrébine et africaine qui tombe aux mains des mercenaires soit Tripoli. C’est pour cette raison que nous avons déclaré que Tripoli était une ligne rouge. A l’époque, nous aurions pu intervenir d’une manière ou d’une autre. Nous ne serions pas restés les bras croisés. Les concernés ont compris notre message », a déclaré le président Tebboune lors d’un entretien accordé à la chaîne qatarie Al Jazeera, diffusé mardi 8 juin 2021.

En janvier 2020, la présidence algérienne avait déclaré que «Tripoli était une ligne rouge, à ne pas franchir», appelant les parties régionales, « qui alimentent la crise » à cesser d’envoyer des armes en Libye.

La diplomatie algérienne de retour

Alger avait également demandé au Conseil de sécurité des Nations unies d’imposer un « cessez-le-feu immédiat » au pays.
A Al Jazeera, le chef d’Etat a indiqué que la diplomatie algérienne est de retour et entend être plus efficace dans le traitement de certains dossiers comme ceux de la Libye ou du Mali.

Alger soutient l’organisation d’élections générales en Libye sous l’égide de l’ONU pour « savoir qui représente qui ». Des élections sont prévues en Libye fin décembre 2021.

« Toutes les parties de la crise libyenne et les chefs de tribus libyens ont demandé à se rencontrer en Algérie pour désigner des dirigeants temporaires pour le pays (après la rencontre de Berlin de janvier 2020). Nous avons refusé parce que nous voulions respecter le droit international et l’ONU. Aujourd’hui, les Libyens et M.Dbeibah demandent à ce qu’une rencontre de réconciliation libyenne se fasse en Algérie. C’est un honneur pour nous », a déclaré Tebboune dans le même entretien.

Ouverture des frontières

Un forum d’affaires algéro-libyen s’est tenu, à Alger, fin mai 2021, pour relancer la coopération économique entre les deux pays. Décision a été prise pour la réouverture des postes frontaliers de Deb-Deb-Ghadamès et Ghat.
Un Conseil d’affaires algéro-libyen a été créé après ce forum « en vue de renforcer les échanges commerciaux et augmenter le niveau du flux des investissements ».

Article précédentRyad Aissaoui, repense l’espace urbain, avec son mobilier écologique et connecté
Article suivantLFC 2021: 10% d’impôts complémentaires sur les bénéfices des entreprises de tabac, 32 da de taxe par produit

Laisser un commentaire